Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/08/2010

COLONIA PENALE AGRICOLA (ANCIENNE PRISON) A CASTIADAS

Voici CASTIADAS qui se trouve pas loin de "VILLASIMIUS" connue pour ses plages et pour les passionnés de plongée sous-marine, CASTIADAS avec ses 20 kilomètres de longues plages de sable blanc fin, la mer d'un bleu qui contraste avec ses paysages verdoyants, ses montagnes, ses rochers aux diverses formes travaillés par le vent et la pluie ou la végétation est restée intacte comme la nature les a crées.

A L'ÉPOQUE ET EN COURS DE RESTAURATION

MONTAGE 3 .jpg

Site d'information sur CASTIADAS et les alentours : http://www.castiadasonline.it/index.htm

Ce qui parait aujourd'hui comme un vrai paradis dans cette partie de l'île n'en était pas un au début, en effet des milliers de prisonniers sont arrivés et ont travaillé dans ce territoire inhospitalier afin de préparer les terres pour que des colons puissent venir s'y installer et cultiver les terres.

COMPTAGE DES PRISONNIERS LE SOIR - CELLULES

MONTAGGIO.jpg

A cause de fréquentes épidémies de malaria et de peste, ces terres restèrent inhabitées pendant plus de 350 ans jusqu'en 1877, lorsque par ordre du Ministère de l'Intérieur, débarquèrent sur la plage de "SINZIAS" trente détenus et sept gardiens avec ordre de donner une nouvelle vie à ce territoire de désolation, infesté par les moustiques des terres incultes depuis beaucoup trop longtemps.

Les prisonniers et gardiens après une très longue marche parmi ces terres inhospitalières choisirent d'installer la première maison sur la colline appelée "PRAIDIS" entre deux ruisseaux (GUTTURU FRASCA ET BACCU SA FIGU).

C'est ainsi que repris la vie avec la venue des prisonniers qui année après année, pierre après pierre réalisèrent ce qui devint par la suite " LA COLONIA PENALE AGRICOLA DI CASTIADAS" (colonie pénale agricole) la plus grande de toute l'Italie pouvant atteindre jusqu'a 2 000 détenus, gardiens et employés ainsi que leurs familles.

CARTE OU SE TROUVE PRISON

CARTE 2.jpg

Les prisonniers commencèrent par construire des cabanes en bois puis des imposants édifices en dur, ils réalisèrent la maison de la direction ainsi que les habitations des employés avec leurs familles, celles des militaires, la pharmacie, l'hôpital, la centrale électrique et enfin la centrale téléphonique.

D'autres habitations un peu éparpillées sur le territoire servaient aux prisonniers pour leurs activités agro-pastorales. Les détenus obtinrent de très bons résultats soit en agriculture qu'avec le bétail, la culture de la vigne, les agrumes, grain, céréales et légumes.

L'éloignement d'une quelconque ville et la difficulté à les rejoindre car aucun véhicule, ainsi que la présence continue et importante de moustiques transmettant la malaria très importante en ce temps, décourageaient les prisonniers d'une éventuelle évasion.

La colonie pénale ferma ces portes en 1952, de nos jours ces imposants bâtiments sont presque tous rénovés, on peut en visiter quelques-uns comme par exemple le musée qui retrace la vie des prisonniers avec photos et vidéos, la cour intérieure, l'entière structure du bâtiment, la villa du directeur, les bureaux, les cellules et la pharmacie.

RESTAURATION TERMINÉE

castiadas (1).jpg

La visite de la colonie pénale est devenue pour les touristes, une étape importante  parmi d'importants vestiges archéologiques tels que des NURAGHI (nuraghes), DOMUS DE JANAS (maisons des fées), MENHIRS, TOMBE DEI GIGANTI(tombes de géants).

La colonie et certains de ses bâtiments servent en période estivale à des expositions de peinture, photographies, artisanat local, produits agro-alimentaires qui permettent de connaître un peu plus l'histoire de ce territoire.

La vie quotidienne de ces prisonniers était très difficile, lever à 6 heures du matin, travailler aux champs, le repas de 12 à 13 heures puis travailler jusqu'à 17 heures. A 18 heures 30 les gardiens comptaient les prisonniers puis fermaient les dortoirs, en hiver vers 19 heures et en été à 21 heures, ordre était donnée à tous le silence.

Les cellules de quelques mètres carrés pouvaient accueillir un grand nombre de détenus, on faisait passer la nourriture à travers de petites ouvertures soit dans les murs soit dans les plafonds.

Chaque cas de désobéissance était puni comme par exemple hurler, chanter, ne pas obéir aux ordres, ne pas respecter le règlement, casser du matériel, les tentatives d'évasion étaient punies par l'isolement au pain et à l'eau.

COULOIR DES CELLULES

COULOIR DES CELLULES.jpg

Les cas de désobéissance graves, venaient punis avec la mise en cellule sombre et au pain et à l'eau, parfois mis au fers sous une camisole de force ou encore à l'isolement pendant 6 mois, certains n'y résistaient pas et se suicidaient ou devenaient fous.

Les plus chanceux étaient ceux qui travaillaient aux champs à l'air libre même si les zones étaient infestées de moustiques, pour les autres prisonniers les plus récalcitrants la vie en cellule était très dure.

Un condamné napolitain de 40 ans racontait à un journaliste de L'UNIONE SARDA qui réussit à interviewer certains condamnés, pendant 36 mois j'ai vécu dans une cellule qui était large de trois pieds et cinq de long. Par une ouverture dans le plafond je recevais ma nourriture c'était de la torture, les punitions étaient données pour casser l'être humain.

Nous étions 7 napolitains, tous condamnés dans la même prison avec l'isolement comme peine, 6 moururent moi même j'ai résisté à cette innommable torture, maintenant j'espère dans une grâce, voici ce que l'on pouvait lire dans les chroniques des journaux de l'île à l'époque.

CASTIADAS se situe entre ses superbes plages environ une vingtaine de kilomètres de sable blanc fin, entre nature, montagne et histoire voila les richesses de cette bourgade du sud-est Sarde, elle est située à une trentaine kilomètres au sud de MURAVERA ville de naissance de ma mère dont je ferais une note.

PLAGES DE CASTIADAS

castiadas 21.jpg

N'hésitez pas à vous y rendre pour vos vacances vous ne serez pas déçus entre les plages, la mer avec toute sa palette de couleurs, un paysage verdoyant, la montagne pas loin ou l'on peut s'adonner aux excursions ainsi que tous les sites archéologiques à visiter.

Voici un site sur la colonie pénale, car l'histoire de CASTIADAS passe aussi et surtout par sa prison : http://www.levecchiecarceri.it

 

A PRESTU . . . .

VECCHIO.jpg
HABIT DE NUORO

 

06/06/2010

THARROS SITE ARCHEOLOGIQUE

 archéologie,phenicienne,puniques,cartaginois,romains,théatre antique,mosaiques,mer,vestiges

La ville de "THARROS" est une des plus importante ville Phénicienne-Punique de l'île par la suite Romaine, elle fut fondée par les Phéniciens comme "NORA" (voir note du 15/05/2010), aux alentours de 800 Avant J.C. sur un ancien site Nuragique, il servait principalement comme un port à but commercial.

A.jpg

CARTE THARROS

http://www.penisoladelsinis.it/cartina%20tharros.html

En effet THARROS était un port stratégique à l'ouest de la Sardaigne, déjà à l'époque Nuragique partaient des navires chargés d'obsidienne, ils était aussi abrité par les vents forts comme le mistral. On pense à des embarcations qui s'appellent "IS FASSIONIS" ce sont des embarcations traditionnelles que les scientifiques retiennent qu'elles pourraient avoir une origine Phénicienne ou au moment ou ceux ci sont arrivés sur les côtes Sardes.

EMBARCATION DU LAC DE CABRAS IS FASSIONIS

archéologie,phenicienne,puniques,cartaginois,romains,théatre antique,mosaiques,mer,vestiges 

Les Phéniciens édifiaient leurs villes dans des péninsules fuselés  afin que les navires soient à l'abri des vents qui soufflaient de n'importe quel côté. Tharros était une escale commerciale et alla en s'amplifiant avec des échanges commerciaux avec , Chypre, l'Egypte, l'Espagne, l'Afrique le Monde Celtique et d'autres.  

THARROS.jpg

Des relevés aériens ont permis d'identifier l'ancien port submergé de THARROS, il est sous le TOPHET Phénicien et donc réalisé avant leur venue, en effet le port se trouverait sous la lagune de MISTRAS qui est très poissonneuse, avant elle était une mer ouverte. Les navires qui partaient de Carthage et  arrivaient à Tharros, accostaient sur un quai  de deux cent mètres de long.

Site avec environ 80 très belles photos de THARROS avec les explications pour chacune d'entre elles.

http://www.tharros.info/ViewGallery.php?cat=100&lng=it#

  

En 238 avant J.C. elle passa sous domination Romaine, puis fût abandonnée vers le VIII ou IX siècle suite aux incursions des Sarrasins, elle fût à nouveau envahie en 1052 jusqu'à son abandon définitif en 1070 lorsque les autorités gouvernantes et le siège de l’archevêché fût déplacé à ORISTANO en se servant en partie des pierres de THARROS.

archéologie,phenicienne,puniques,cartaginois,romains,théatre antique,mosaiques,mer,vestiges

Une des hypothèses avancés quant à la naissance de la ville de Oristano, on dit toujours cette phrase "Portant de Tharros sa Perda a Carros" amenant de Tharros la pierre avec les chars à boeufs, allusion était faite suite aux murs de l'ancienne cité qui servirent à édifier la nouvelle ville à l'intérieur des terres. 

archéologie,phenicienne,puniques,cartaginois,romains,théatre antique,mosaiques,mer,vestiges

CARTE DE THARROS ET ENVIRONS

http://www.penisoladelsinis.it/cartina%20istmo%20capo%20San%20Marco.html

Les fouilles archéologiques commencèrent déjà au XVII siècle avec l'unique but qui était la recherche de nombreuses richesses funéraires, ce fût justement qu'a la moitié du siècle dernier, ce fût une vraie course à la recherche d'or, ce qui dispersa les nombreuses pièces archéologiques présentes dans le site. 

archéologie,phenicienne,puniques,cartaginois,romains,théatre antique,mosaiques,mer,vestiges

Les fouilles du centre urbain débutèrent en 1956 grâce à la "SOPRINTENDENZA ALLE ANTICHITA DI CAGLIARI" soit la (Surintendance aux Antiquités de Cagliari).

tharros01.jpg 

L'urbanisme du site est encore visible de nos jours avec les maisons d'origine Punique autour desquelles ont été tracés les axes principaux de la viabilité Romaine.

archéologie,phenicienne,puniques,cartaginois,romains,théatre antique,mosaiques,mer,vestiges

Les ruines se trouvent le long de la colline du "CAPO SAN MARCO", on peut y voir les routes dallées de basalte, les plans des édifices de la ville Romaine qui furent partiellement réutilisés durant la période médiévale pour plusieurs fonctionnalités.

B.jpg

En explorant le site sont visibles la citerne à eau qui alimentait l'aqueduc, le temple de Demetra, les ruines des Thermes à Mer ou grandes Thermes, et celles des petites Thermes près de laquelle se trouvait une église Paléochrétienne dans laquelle reste le baptistaire, puis un grand temple Romain superposé à un Carthaginois avec des restes d'habitations et de boutiques autour.

FOTOGALLERY DE THARROS

THARROS BATTISTERO PALEOCHRISTIANO.jpg

La visite de THARROS ne peut faire oublier le temple monolithique de grand intérêt archéologique, daté comme d'époque Punique et construit en employant un unique bloc de roche de grès complété de demi-colonnes d'ordre dorique gravés sur les cotés. On peut encore y voir les routes Romaines et les riches nécropoles témoignent de la richesse du lieu.

VILLES PUNIQUES EN SARDAIGNE

villes puniques.JPG

Après la ville de "NORA" puis celle de "THARROS" maintenant, je vous parlerais d'autres villes dans une prochaine note et tant d'autres endroits aussi intéressants à voir, sur ma visite des ruines de THARROS j'en garde un merveilleux souvenir, un voyage entre filles.

archéologie,phenicienne,puniques,cartaginois,romains,théatre antique,mosaiques,mer,vestiges

J'ai eu l'immense plaisir de pouvoir découvrir le site en compagnie de ma mère (aujourd'hui disparue) et de ma sœur en 1991, une très chouette journée et un site magnifique. Je me souviens d'une journée ensoleillée avec une lumière que je n'oublierais jamais, une journée ou le vent soufflait très fort, un ciel d'un bleu éclatant, une mer calme de belles marguerites jaunes et les ruines, des pierres de lave qui venaient se jeter dans cette mer si bleue un contraste exceptionnel.

archéologie,phenicienne,puniques,cartaginois,romains,théatre antique,mosaiques,mer,vestiges

La Sardaigne est une île ou l'archéologie est très présente dans chaque coin de l'île, beaucoup de sites longtemps laissés à l'abandon les sardes ont pris conscience d'avoir un patrimoine archéologique très important et le font revivre dans chaque ville et village.

A PRESTU . . . .

22.jpg
 

 

23/05/2010

TERRA MIA . . . . SARDEGNA MES RACINES

sardaigne,mer,montagne,chants,danses,canto a tenore,elena ledda,orgosolo,gruppo folk cabras,gruppo folk ittiri canneddu.

Voici quelques vidéos qui m'ont particulièrement touchée, j'espère qu'elles feront plaisir aux Sardes qui se trouvent loin de leur île, qu'elles  leurs rappelleront de merveilleux souvenirs du temps passée, et feront connaître un peu plus aux autres l'île et leur donneront l'envie d'y aller.

On quitte la Sardaigne pour diverses raisons, nos parents ou pour certains grands-parents, sont partis chercher du travail afin de donner un avenir meilleurs à leurs familles, car ceux qui n'étaient pas propriétaires terriens ou ne possédaient aucun bétail ne trouvaient pas de travail ou alors c'était très précaire.

Mes grands-parents maternels n'en possédaient aucune, mes grands-parents paternels eux possédaient beaucoup de terres mais n'ont jamais voulu en faire profiter leurs enfants de leur vivant, ils les ont reçues en héritage au décès des parents, hélas trop tard pour en profiter.
 

DRAPEAU DE LA SARDAIGNE

b_bator_moros250_an.gif

On se blinde coté cœur et on avance dans la vie, dans le pays qui nous a accepté et qu'on aime aussi beaucoup, mais en France nous sommes les étrangers et en Italie nous sommes les Français.

On n'oublie jamais sa terre, ses racines, ses traditions, ses paysages marins ou montagneux, ses chants et danses traditionnelles avec toutes ses merveilleuses couleurs, des fleurs, des champs de blé, celle du soleil ou de la mer si bleue ainsi que cette lumière si intense assez particulère.

sardaigne,mer,montagne,chants,danses,canto a tenore,elena ledda,orgosolo,gruppo folk cabras,gruppo folk ittiri canneddu.

Quand on a vécu dans une île assez longtemps c'est assez troublant de la quitter, j'ai aussi vécu quelques années en Corse île magnifique que j'ai beaucoup aimée et regrettée d'en être partie (on suivait nos parents), j'espère qu'avec ses vidéos, vous pourrez voir toute la palette de couleurs qu'on peut admirer dans l'île.

Voici une poésie que j'ai trouvé sympa sur un site qui parle de la Sardaigne et du peuple Sarde :

SARDAIGNE

Nous sommes Espagnols, Africains, Phéniciens, Carthaginois, Romains, Arabes, Pisans, Byzantins, Piémontais.

Nous sommes les genêts jaune or, qu'on trouve sur les chemins rocailleux et qui sont comme de grandes lampes allumées.

Nous sommes la solitude vaste et sauvage faite de profonds silences, la splendeur du ciel, les fleurs des coquelicots et les champs de blé.

Nous sommes le règne ininterrompu du lentisque, les vagues qui s'écrasent sur les rochers de granit, du vent et de l'immensité de la mer.

Nous sommes une terre antique faite de longs silences, d'horizons amples et purs, de plantes sombres, de montagnes brulées par le soleil ou par la vengeance de quelqu'un.

Nous sommes Sardes.

Lorsque tu quitte cette île, oublies y ton coeur, nous le tuerons d'amour.

Sardegna 4 mori.jpg

Je vous souhaite à tous,

De passer d'agréables moments en regardant ces vidéos,

Et aux Sardes des beaux souvenirs.

 

Encore merci à toutes les personnes de YOUTUBE qui font ces magnifiques vidéos, elles nous permettent de voyager sans bouger de chez nous et de revoir des lieux chers à nos cœurs.

 

TERRA MIA . . . . SARDEGNA (ma terre Sardaigne)

SAS TRES MAMAS (3 mères) HOMMAGE A ELENA LEDDA

ANCIENS SOUVENIRS

NOTRE SARDAIGNE

MA TERRE SARDE

ORGOSOLO BALLO ET TENOR MURALES

 

GRUPPO FOLK CABRAS (dansent avec un verre de Vermentino sur la tète)

 

GRUPPO FOLK ITTIRI CANNEDU

BALLO SARDO (danse traditionnelle)

GUGLIELMO,MARIO ET MARCO "SA SCIAMPITTA"

TZIU BORICCU A 102 ANS (il danse toujours)

Alors  ça y est c'est décidé, ça vous a donnée envie de connaître, alors allez-y en vacances cet été, je vous souhaite de passer de très bonnes vacances.

 

A PRESTU . . . . 

555.jpg