Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2017

"L'accabadora", le film de Enrico Pau

ACCABADORA.jpg

En 2010, j'ai fait une note sur "S'Accabadora la femme qui donne la mort", lorsque j'étais enfant dans le village à mes parents, j'ai assisté à un rite sur la mort qui m'avait beaucoup choquée (pas ce rite...), vous le lirez dans la note suivante :

http://souvenirsdelasardaigne.midiblogs.com/archive/2010/11/06/s-accabbadora-l-euthanasie-en-sardaigne.html

MICHELA MURGIA A LA COMÉDIE DU LIVRE A MONTPELLIER EN 2016

(elle a écrit le livre "Accabadora" elle est venue présenter ses livres,

le film n'a rien à voir avec le livre de Michela MURGIA)

1 DSCN4862.jpg

Voici la bande annonce officielle du film L'Accabadora, un film de Enrico PAU, il dit d'ailleurs que, même si ce sont des faits historiques, ils gardent néanmoins un aspect légendaire et visionnaire. Dans le film on y retrouve quelques acteurs sardes mais, les acteurs principaux sont italiens, le film est en italien et non en sarde. Le film va sortir dans les salles le 20 avril 2017. Enrico PAU est né à Cagliari (capitale de la Sardaigne au Sud) en 1956. Le film se passe à Cagliari en arrière plan, les bombardements 1943.

SYNOPSIS DU FILM :

A la fin des années 40, Annetta 35 ans, une femme solitaire et silencieuse, toujours habillée de noir, vit dans un petit village dans la campagne sarde. Elle garde un terrible secret du passé, elle passe ses journées dans l'attente d'un appel et, lorsque cela survient, elle ouvre un vieux sac contenant : una mazzuola in legno - sorte de marteau en bois, un vieux coussin et un petit miroir de poche cassé. A partir de ce moment là, quelque chose d’imprévu va l'amener à Cagliari (capitale de la Sardaigne) et lui changera la vie, en lui faisant découvrir qu'elle peut s'éloigner de son rôle de (Accabadora), c'est l'image de la tradition sarde dont le travail consistait à aider les mourants à partir lorsque les souffrances étaient insupportables. 

ACCABADORA ENRICO PAU.jpg

MON POINT DE VUE SUR LA QUESTION :

Je suis POUR L'EUTHANASIE, pourquoi encore au XXIe siècle laisser souffrir pour rien des êtres humains, les laisser mourir dans d'atroces souffrances. Ici en France mais dans d'autres pays comme l'Italie et tant d'autres... Il faudrait vraiment légiférer rapidement sur la question en mettant de bons gardes fous pour bien encadrer tout ça. Moi j'ai laissée un testament et mes volontés, en cas de problème grave, hélas ça peut arriver à n'importe qui et en une seconde tout peut basculer. Si vous n'avez pas laissé vos volontés, on ne sait pas qui prendras les décisions vous concernant, moi j'ai prévu (le plus tard possible...) bien évidemment ! 

J'ai suivi la fin de vie tragique de DJ Fabo qui a du quitter son pays l'Italie pour la Suisse pour accéder à une fin de vie médicalisée, HONTE A VOUS LES POLITIQUES ET A L'EGLISE CATHOLIQUE voir son histoire ci-dessous :

https://www.letemps.ch/opinions/2017/02/28/lhistoire-poignante-dj-italien-tetraplegique-venu-se-suicider-suisse

LE STAND AVEC LES LIVRES DE MICHELA MURGIA

à la Comédie du Livre à Montpellier en 2016

DSCN4745.jpg

J’ACHÈTERAIS LE DVD LORSQU'IL SORTIRA

POUR VOIR QUELLE EST SA VERSION

J'AI LU QUELQUES LIVRES SUR LA QUESTION

N'OUBLIEZ PAS LE 20 AVRIL 2017

LA SORTIE DU FILM

L'ACCABADORA 

 

14/10/2016

Sortie du film Le Mal de Pierres de Nicole Garcia - adapté du livre Mal di Pietre de Milena Agus

MAL DES PIERRES FILM.jpg 

Le 19 octobre 2016, va sortir le film "Mal de Pierres" de Nicole Garcia, ce film a été adapté du roman de Milena AGUS. Ce film a été tourné dans les Alpes de Haute Provence sur le plateau de Valensole le pays des lavandes avec des paysages incroyablement beaux et odorants.

LE MUSÉE PROMENADE A DIGNE LES BAINS

SAM_4817.jpg

Le plateau de Valensole se trouve non loin de Digne-les-Bains que je connais bien pour m'y être rendue plusieurs fois, visiter la Maison d'Alexandra David Néel, les Gorges du Verdon avec le Lac de Sainte Croix ou dans les années 1983/86 j'y ait fait du pédalo dans ces immenses et merveilleuses Gorges. Les Gorges du Verdon, d'une hauteur de 400 à 700 mètres, et bien des années plus tard, j'y ait fait du bateau électrique que j'ai fait connaître à quelqu'un. Cette personne m'a fait connaitre la Dalle aux Ammonites de 350 m² ainsi que le Sentier du Musée Promenade de la Réserve Naturelle Géologique de Haute Provence, très intéressant.

http://www.reserves-naturelles.org/geologique-de-haute-provence 

lavandes1.jpg

Voir note sur la Maison Samten Dzong d'Alexandra David Néel, la première femme exploratrice française, écrivain-orientaliste à s'être rendue au Tibet :

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/

archive/2011/week38/index.html

Les acteurs principaux du film sont Marion Cotillard qui y incarne une femme à la recherche de son grand amour, Louis Garrel et Alex Brendemühl et Gwen Fiquet

Synopsis du film qui était en Sélection Officielle au Festival de Cannes 2016 :

Gabrielle a grandi dans la petite bourgeoisie agricole où son rêve d'une passion absolue fait scandale. A une époque où l'on destine d'abord les femmes au mariage, elle dérange, on la croit folle. Ses parents la donnent à José, un ouvrier saisonnier, chargé de faire d'elle une femme respectable. Gabrielle dit ne pas l'aimer, se voit enterré vivante.

Cannes-2016-affiche.jpg

Lorsqu'on l'envoie en cure thermale pour soigner ses calculs rénaux, son mal de pierres, un lieutnant blessé dans la guerre d’Indochine, André Sauvage, fait renaître en elle cette urgence d'aimer. Ils fuiront ensemble, elle se le jure, et il semble répondre à son désir. Cette fois on ne lui prendra pas ce qu'elle nomme "la chose principale". Gabrielle veut aller au bout de son rêve.

Mal de pierres poche - Copie.gif 

Ce film comme je l'ai dit plus haut, est adapté du livre il Mal di Pietre - le Mal de Pierres de Milena AGUS, une enseignante d'Histoire et d'Italien, elle exerce dans un Institut Technique de Cagliari, née à Gênes en 1959 de parents Sardes (Sardaigne - Italie). Elle avait écrit un livre en 2005 qui ne remporte pas le succès espéré, puis elle écrit en 2007 Mal di Pietre - le Mal de Pierres et le succès est au rendez-vous. Elle a vendu près de 400 000 exemplaires en France, elle met très souvent à l'honneur dans ses livres son île la Sardaigne où elle vit toujours et y enseigne.

31° COMÉDIE DU LIVRE A MONTPELLIER

DSCN5016.jpg

Nous avons eu l'immense bonheur de la rencontrer avec ma sœur, lors de la Comédie du Livre 2016 à Montpellier, voir la note sur mon blog :

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/la-comedie-du-livre-a-montpellier/

mal di pietre milena agus COPY.jpg

Nous avons rencontré lors de la Comédie du Livre 2016 à Montpellier, Milena AGUS, Michela MURGIA et Marcello FOIS des écrivaines/écrivains Sardes. Avec ma sœur nous avons acheté quelques livres à Milena AGUS et Michela MURGIA qu'elles nous ont gentiment dédicacés en discutant un moment, nous avons étés ravies de leurs parler, beaucoup de publics aux stands.

MILENA AGUS NOUS DÉDICACE SES LIVRES

DSCN5006.jpg

MICHELA MURGIA NOUS DÉDICACE SES LIVRES

DSCN4864.jpg

Hélas Marcello FOIS nous ne le connaissions pas, mais après l'avoir entendu lors de la conférence qu'il a donnée avec Michela MURGIA à la Gazette Café au 6, rue Levat 34000 MONTPELLIER, j’achèterais des livres car je l'ait beaucoup aimé aussi dans son écriture comme ses consœurs.

MICHELA MURGIA - MARCELLO FOIS - MILENA AGUS

CONFÉRENCE A LA GAZETTE CAFÉ

(un très joli endroit ou des événements y ont lieu souvent)

DSCN5045.jpg

BOUQUET DANS LA CHAMBRE D’HÔTEL A DIGNE LES BAINS

DIGNE LES BAINS.jpg 

SORTIE OFFICIELLE DU FILM MAL DE PIERRES

LE 19 OCTOBRE 2016

J'IRAIS QUELQUES JOURS APRES SA SORTIE

 

06/07/2016

S'Ardia de Santu Antinu 2016 à Sedilo (Oristano) en Sardaigne

Ardia-2016-Sedilo.jpg

Voici la très belle fête dell'ARDIA qui a lieu les 5 - 6 et 7 juillet 2016 à SEDILO dans la Province de ORISTANO. C'est une folle course à cheval, en l'honneur de San Antinu - San Constantino- Saint Constantin et de la bataille gagné par Constantin lui-même en 312 à Pont Milvio (ROME) entre Constantin et Maxence.

ARDIA 3.jpg

Voici le parcours des cavaliers sur le site de la Mairie de SEDILO :

http://geonue.comune.sedilo.or.it/project/percorso-ardia/ 

LA COURSE EFFRÉNÉE EST MAGNIFIQUE

ARDIA 5.jpg

La légende dit, qu'avant de commencer la bataille avec ses ennemis, apparut dans le ciel une croix brillante avec l'inscription "In hoc Signo Vinces - Par ce Signe tu Vaincras". Il fit peindre ce signe sur son étendard et fut le vainqueur de la bataille contre les armées de Maxence. 

SEDILO AVEC LE SANCTUAIRE AU FOND

(la croix s'appelle su frontigheddu,

lieu de départ de la course)

ARDIA 1.jpg

Voici le Programme de la fête :

http://sardegna-in-rete.leviedellasardegna.eu/?tag=programma-ardia-di-sedilo-2016

LES CAVALIERS PENDANT LES ESSAIS

AVANT LA VRAIE COURSE

ARDIA 2.jpg

Retrouvez l'histoire de cette très belle fête dans les notes de 2009 et 2015 ci-dessous :

http://souvenirsdelasardaigne.midiblogs.com/archive/2009/06/index.html

http://souvenirsdelasardaigne.midiblogs.com/archive/2015/06/29/s-ardia-2015-a-sedilo-oristano-836027.html

LA PORTE DE SAN CONSTANTINO

(par ou passent les cavaliers au grand galop)

ardia a.jpg

Vous pourrez voir la très belle et incroyable descente des cavaliers (plus d'une centaine) sur la télévision Sarde "VIDEOLINA" en direct ce soir mercredi 6 juillet 2016 à partir de 18 heures et jeudi 7 juillet 2016 à partir de 7 h 30. Ne la loupez pas car vous verrez cette très belle et ancienne tradition Sarde avec la spectaculaire descente des cavaliers, moi j'aime toujours la voir et je remercie Vidéolina qui nous fait vivre ces très beaux moments de fêtes, de traditions depuis quelques années en direct.

ARDIA 8.jpg

Site en Live de VIDEOLINA :

http://www.videolina.it/live.html

LE CIRCUIT QU'EMPRUNTENT LES CAVALIERS

(ils devront passer 7 fois autour du Sanctuaire au grand galop)

ARDIA B.jpg

Les gens ne viennent pas ici pour demander un miracle ou une grâce (certains doivent le faire, et moi-même je l'aurais fait, dans l'église se trouvent une centaine d'ex-votos), mais ils viennent juste parce qu'ils estiment être de leur devoir, de venir chaque année afin de respecter une promesse faite, celle d'avoir reçu une grâce.

STATUE DE SAN CONSTANTIN A SEDILO

ARDIA 9.jpg

SEDILO

IL PAESE DELL'ARDIA (Italien)

SA IDDA 'E S'ARDIA (Sarde)

LE PAYS DE L'ARDIA (Français)

BONA ARDIA A TOTTUSU

 

21/12/2015

Buon Natale 2015 a tutti - Joyeux Noël 2015 à tous

cadeau noël 2.jpg

Il Dono

In un paesino, nella notte di Natale, le campane suonavano da sole.

Cosi narra la leggenda 

Un anno, passò nel paese un povero, e nessuno gli fece l'elemosina.

Da allora, le campane non suonarono più.

Il parroco chiese allora ai parrocchiani di portare quello che potevano per i poveri.

E, la notte di Natale, tutti portarono doni.

Anche due bambini si avviarono alla chiesa.

Avevano una moneta d'argento, frutto dei loro sacrifici.

Ma lungo la strada videro un povero che si lamentava e gli diedero la moneta.

Giunti in chiesa, posarono sull'altare le loro mani vuote.

Proprio in quel momento, le campane ricominciarono, dolcemente, a suonare.

(N. Oddi Azzanesi)

NOEL4.jpg

Le Don

Dans un petit village, la nuit de Noël, les cloches sonnaient toutes seules.

C'est ce que raconte la légende.

Une année, passa dans le village un pauvre, et personne ne lui fit l’aumône.

Depuis ce jour là, les cloches cessèrent de sonner.

Le curé demanda aux paroissiens, d'apporter ce qu'ils pouvaient pour les pauvres.

Alors, la nuit de Noël, tous amenèrent des dons.

Même deux enfants se rendirent à l'église.

Ils avaient avec eux une pièce en argent, fruit de leurs sacrifices.

Mais en chemin, ils aperçurent un pauvre qui se lamentait, ils lui donnèrent la pièce.

Arrivés à l'église, ils posèrent leurs mains vides sur l'autel.

A ce moment même, les cloches recommencèrent, doucement à sonner.

(N. Oddi Azzanesi)

Noel sapin illuminé.jpg

Tanti Auguri di Buon Natale a Tutti

Un Felice Anno Nuovo 2016

Che vi porti, serenità e fiducia nel futuro

Che buttiate i dispiaceri dalla finestra

E facciate entrare gioie e soddisfazioni

BONA PASCHIXEDDA - JOYEUX NOËL

ligne noël.gif

Un très Joyeux Noël à tous

Une très Bonne Année 2016

Qu'elle vous apporte, sérénité et confiance dans le futur

Que vous jetiez les soucis par la fenêtre

Faites entrer joies et satisfactions

BONA PASCHIXEDDA - JOYEUX NOËL

A toute ma famille, à toute la Sardaigne

A tous les Sardes, à tous mes amis

Une pensée aussi, à tous nos chers disparus 

10858047_755978427820829_7136646911905795428_n.jpg

 

19/04/2015

La plus ancienne fête religieuse en Sardaigne, la 656e Fête de Sant'Antioco

una delle Feste Religiose più Antiche della Sardegna.jpg

L'île de Sant'Antioco (Sant'Antiogu en Sarde) est la quatrième île d'Italie après la Sicile, la Sardaigne et l'île d'Elbe, elle est distante de Cagliari de 84 km environ. Elle est reliée à la Sardaigne par un isthme artificiel, l'actuelle ville de Sant'Antioco a été fondé sur les restes de la plus ancienne et importante ville de Sardaigne qui s'appelait "SULKY", elle fut fondée par les Phéniciens vers le VIIIe siècle Avant J.C.

L’INTÉRIEUR DE LA BASILIQUE DE SANT'ANTIOCO

basilica sant'antioco.jpg

Dans l'île deux villes habités, Sant'Antioco et Calasetta qui elle, est apparue vers 1700, ce fut le "Roi de Sardaigne" qui y fit implanter des habitants de l'île de TABARKA en Tunisie. La plupart de ces habitants étaient des descendants d'une colonie Ligure (LIGURIA - ITALIE) qui avaient été enlevés par les Sarrazins.

DÉFILÉ DE SANT'ANTIOCO

(photo Renato VACCA)

sant antioco foto efisio vacca.jpg2.jpg

Calasetta est le grand port ou l'on embarque pour se rendre à l'île de San Pietro, dans l'antiquité l'île est un abri pour les navires phéniciens, grecs, carthaginois et romains. Une légende raconte que l'apôtre Pierre, de retour de Rome se serait arrêté sur l'île à cause d'une grosse tempête, son nom de San Pietro viendrait de ce fait. C'est un endroit de rêve pour ceux qui aiment se ressourcer dans un endroit calme, apaisant des eaux limpides ainsi que des paysages à couper le souffle, en été beaucoup de monde il vaut mieux visiter hors vacances.

BASILIQUE DE SANT'ANTIOCO MARTIRE

basilica sant'antioco.jpg2.jpg

Voir le site ci-dessous, vous trouverez plus d'informations et de lieux à visiter, musées et sites archéologiques etc... :

http://www.sardegnaturismo.it/fr/punto-di-interesse/santantioco  

La "Sagra de Sant'Antioco", Sant'Antioco est le Saint Patron de l'île et de la Sardaigne, c'est la fête traditionnelle qui rend hommage au Saint. De toute la Sardaigne arrivent pour cette occasion des dizaines et dizaines de groupes folkloriques, ils vont défiler le long des rues de la ville derrière le Saint.

SANT'ANTIOCO

S.ANTIOCO PATRONO DELLA SARDEGNA..jpg

C'est la plus ancienne fête religieuse, dans un document de 1520 paraphé par la signature du Juge de Cagliari, ou Sant'Antioco a été confirmé comme "Saint Patron de la Sardaigne". L'origine de la fête remonterait à l'année 1615, année ou ont été retrouvés les reliques du Saint dans les Catacombes qui se trouvent sous l'église. Cette année (2015) on célèbre aussi les "400 ans de la découverte du corps de Sant'Antioco" qui revient sur le lieu ou il fut martyrisé. Les reliques découvertes dans les catacombes furent déplacés et amené à "IGLESIAS" afin qu'elles ne soient pas profanés lors de l'invasion des Maures.

b.jpg

Voir la cérémonie de son retour depuis IGLESIAS à SANT'ANTIOCO sur le site de Vidéolina ci-dessous :

http://www.videolina.it/video/servizi/80414/dopo-400-anni-sant-antioco-torna-nei-luoghi-del-martirio.html

La Sardaigne attire de nombreux visiteurs, ils découvrent une île avec une longue tradition festive, religieuse, folklorique, avec de nombreuses fêtes locales dans chaque ville et village, leurs chants et danses traditionnels. Vous l'aimerez aussi pour sa gastronomie riche, variée et goûteuse, pour ses paysages contrastés entre mer et montagne, sa faune et sa flore préservées et bien sur des plages de sable blanc fin à la mer vert émeraude.

LA TOMBE OU REPOSE SANT'ANTIOCO

Tomba del Santo.jpg

Des paysages magnifiques, si vous aimez la montagne allez explorer la région du "GENNARGENTU" les sommets culminent à plus de 1800 m. Depuis 1998, il est devenu un Parc National Protégé et est le plus grand système montagneux de la Sardaigne, vous pourrez y apercevoir les mouflons, aigles royaux, cerfs sardes et autres espèces en voie de disparitions. Son plus haut sommet est "Punta La Marmora" qui culmine à 1834 m.

Ci-dessus, voici la vidéo de la conférence du Professeur Nazzareno Gabrielli sur l'examen anthropologique et conservation des restes mortels de Sant'Antioco et interventions effectuées sur les Corps et Reliques des serviteurs de Dieu.  

MITES ET SYMBOLES D'UNE CIVILISATION MÉDITERRANÉENNE

LA SARDAIGNE NURAGIQUE

A3.JPG

Des vestiges archéologiques importants dans toute l'île car la Sardaigne était un territoire très convoité, d'ailleurs elle a subi de nombreuses invasions qui nous ont laissé de nombreux vestiges. Les phéniciens, carthaginois, romains, byzantins, pisans, espagnols et les piémontais ont ajouté leurs empreintes à l'héritage unique de la civilisation nuragique.

PREMIÈRE PARTIE DU DOCUMENTAIRE DÉDIÉ A :

LA CIVILISATION NURAGIQUE

Parmi les nombreux nurages et villages nuragiques qu'on trouve dans l'île, le plus important et le plus connu dans le monde, est celui de "SU NURAXI DE BARUMINI", il est le nurage le plus complet et le mieux conservé de l'île, il est classée au "Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1997". C'est un des plus visités mais aussi des plus étudié, on vient du monde entier le voir et essayer de comprendre cette ancienne civilisation en partie encore méconnue (entre le XVe et le VIe siècle av. J.-C.).

LE SUD OUEST DE LA SARDAIGNE  OU SE TROUVE SANT'ANTIOCO

SANT'ANTIOCO.png

DEUXIÈME PARTIE DU DOCUMENTAIRE DÉDIÉ A :

LA CIVILISATION NURAGIQUE

JE VOUS SOUHAITE A TOUS

UNE TRÈS BELLE SAGRA DI SANT'ANTIOCO

A ATTRUS ANNUS CUN SALUDI

 

16/01/2015

Le carnaval commence en Sardaigne avec les feux de Sant'Antoine à Mamoiada

6.jpg

Le village de Mamoiada dans la Région de Nuoro est le gardien de la mémoire ancestrale des masques typiques et archaïques "Is Mamuthones e Issohadores" (Sa prima Essia - la première sortie des masques anthropomorphes) va avoir lieu demain avec  l'habillage des masques traditionnels et l'allumage de ces feux dans toute l'île.

6.jpg

Ils célèbrent tous les ans l'arrivée de la nouvelle année avec la fête dédiée à S'antonio Abate, les masques perpétuent le rite du feu. Le carnaval de Mamoiada est le plus connu et le plus aimé. Les Mamuthones sont au nombre de 12, leurs pas cadencés nous envoutent : un pas à droite un pas à gauche, un autre à droite, un autre à gauche, encore une série de pas... puis trois petits sauts rapides sur place qui font bouger les cloches qui créent une musique assez particulière des cloches.

8.jpg

Les Issohadores eux sont au nombre de 8, ils portent la petite veste rouge à l'envers, peut-être en signe de deuil..., eux bougent doucement et de temps en temps parmi la foule, ils essayent de capturer les jeunes filles avec leur lasso sacré, ce qui crée dans la foule un peu de panique.

MAMUTHONES ET ISSOHADORES

9.jpg

Site Web du Museo delle Maschere Mediterranee - Musée des Masques Méditerranéennes :

http://www.museodellemaschere.it/index.htm

LE MASQUE NOIR EST CELUI DE SU MAMUTHONES

LE MASQUE BLANC EST CELUI DE SU ISSOHADORES

2.jpg

Ils annoncent aussi l'arrivée du printemps, le renouveau, la fertilité, dans les temps anciens ce rite était très important pour les paysans, ils espéraient avoir une année propice dans leurs cultures. Elle symbolise aussi le début du carnaval dans toute l'île, les feux de Sant'Antonio Abate débutent ce soir le 16 - 17 - 18 janvier 2015, avec d'abord la messe puis l'allumage du feu au centre du village dans une joie immense.

3.jpg

Le curé va bénir le feu puis, avec les fidèles, ils vont tourner autour du feu par trois fois en récitant le "Credo - Je Crois". Ensuite chaque quartier du village va allumer son feu avec un tison pris du feu qui a été béni par le curé, ils vont s'y retrouver autour pour discuter, faire la fête, danser, boire un verre de vin Cannonau ou autre et déguster les gâteaux traditionnels Sardes.

ENFANTS IS MAMUTHONES ET ISSOHADORES

(la relève est bien assurée, je suis très fière d'eux)

4.jpg

Demain à 14 h 30, va avoir l'habillage des masques traditionnels de Mamoiada, Is Mamuthones et Issohadores dans le local de l'association touristique, puis ce sera "Sa Prima Essia - La Première Sortie". Le défilé va avoir lieu dans les rues du village mais surtout autour des feux dans chaque quartier, ce sera une grande et belle fête dans la pure tradition ancestrale.

Ce que j'adore entendre c'est le bruit sourd des cloches lorsqu'ils se déplacent avec leurs pas cadencés, c'est voir leurs masques noirs en bois anthropomorphes, c'est les peaux de moutons sauvages, c'est voir les cloches fixés dans le dos pour les Mamuthones (30 kg pour les adultes, 20 kg pour les jeunes).

VOILA COMME DANS MES SOUVENIRS

(très élégant, très classe, j'aime beaucoup son style...)

1801206_10202634151367678_1019687202_o.jpg

La légende dit que, faire tinter les cloches, les sonnailles etc, mettrait en fuite les mauvais esprits, cette tradition est commune à plusieurs peuples dans le monde entier. En Sardaigne c'est surtout dans l'agriculture, car les paysans sont en effet les dépositaires du savoir ancien, ils connaissent le cycle des saisons, les secrets des plantes et du temps etc.  

ISSOHADORE AVEC SON LASSO SACRÉ

(photo de Antonello Cuccu)

FOTO ANGELO CUCCU.jpg

Mais c'est aussi le costume très coloré du Issohadores que j'aime, ils sont très séduisants avec la chemise et le pantalon blanc, la petite veste rouge, une bandoulière avec de petites cloches en bronze qui s’appellent sonajolos. Un châle noir fleuri autour de la taille, des guêtres noires, le couvre chef qu'ils portent est noir et s'appelle sa berritta, il porte sur son visage un masque blanc et surtout la corde sacrée qu'on appelle so'a et qui capture les jeunes femmes dans la foule.

IS MAMUTHONES ET ISSOHADORES DE MAMOIADA

10.jpg

Le chef du groupe des Issohadores donne le rythme de ce pas typique cadencé. Ils vont danser autour du feu et une atmosphère mystérieuse enveloppe le village de Mamoiada. Puis le dimanche la fête se termine avec les derniers restes du feu, les derniers verres, les derniers gâteaux de la fête, les dernières danses, et on commence déjà à penser à l'année prochaine.

Maschere e Carnevale in Sardegna.jpg

Voici un Site Web sur le Carnaval dans différentes villes et villages de la Sardaigne avec chacun son masque traditionnel typique :

http://www.paradisola.it/sagre-sardegna/carnevale-sardegna

CARRASEGARE QUELQUES MASQUES TRADITIONNELS

CARNEVALE 2015.jpg

CETTE PHOTO EST MA PRÉFÉRÉE

(la tradition, l'ancienne maison, la joie de vivre, et les costumes)

13.jpg

LES MAMUTHONES AVEC LEURS CLOCHES

(20 kg de cloches pour les jeunes)

5.jpg

Le carnaval en Sardaigne est aussi l'occasion d'assister aux défilés très animés des groupes traditionnels de l'île. Ils sont très nombreux, très attendus par la population, ils attirent chaque année des milliers de touristes venus exprès des quatre coins du monde afin d'assister à ces manifestations qui se terminent, le Mercredi des Cendres qui tombe le 18 février 2015. Gamins, le mercredi des cendres on brulait Monsieur Carnaval sur la grande place du village dans une joie immense, des cris, des confettis puis on se rendait à la messe, ou le curé nous faisait une marque sur le front avec de la cendre, ce qui clôturait le carnaval.

7.jpg

Si auguriu a tottusu,

Unu bonu Carrasegare,

Mesti sempri pragiu su carnavali,

Seu fiera de i nostrasa tradizionisi.

A CHENT'ANNOS IN SALUDI.

 

05/01/2015

Nella notte dell'Epiphania arriva la Befana in Italia il 6 gennaio - La nuit de L'Epiphanie

BEFANA OK1.jpg

UNE BIEN JOLIE BEFANA...

Per tutti i bambini Italiani, fra qualche ora, il 6 gennaio arriva la "Befana" sulla sua scopa (pour tous les enfants Italiens, dans quelques heures le 6 janvier la Befana va arriver sur son balai), comme chaque année elle est très attendue par tous les enfants. En France le 6 janvier, on fête "L’Épiphanie" en mangeant les "Galettes ou Royaumes des Rois", voir plus bas. La Befana est une gentille sorcière, elle se balade à califourchon sur son balai en paille, elle vole dans le ciel avec son gros sac rempli de jouets et de friandises, mais aussi du charbon sur le dos.

Aux enfants qui n'ont pas été sages, elle leur dépose du charbon dans les chaussettes suspendues à la cheminée, pour les enfants qui ont été sages, elle leur donne des confiseries et des cadeaux. Allez lire ma note sur mon blog ci-dessous, qui vous explique l'histoire sur la "Saint Nicolas" (le 6 décembre). La Saint Nicolas n'est fêté que dans le Nord de la France, elle est un peu comme la Befana pour tous les Italiens :

http://jaimelesmuseesetvieillespierres.blogs.midilibre.com/archive/2014/11/30/fete-de-la-saint-nicolas-le-6-decembre-pour-mon-amie-suzanne-821193.html 

LA BEFANA AVEC SON SAC DE JOUETS ET LES ENFANTS

(exposition Internationale de Crèches en Arles en Janvier 2013)

"Artiste Liliane Guiomar"

BEFANA 1.jpg

En France, le 6 janvier on fête l’Épiphanie", le terme est issu du grec et signifie "Apparition", cette fête correspond à la présentation de l'enfant Jésus aux "Rois Mages". Il lui rendirent hommage en le voyant avec des présents symboliques comme l'or, l'encens et myrrhe. La myrrhe est une résine odorante fournie par un arbre d'Arabie, le balsamier.

- L'Or de Melchior célébrait la Royauté,

- L'Encens de Balthazar la Divinité,

- La Myrrhe de Gaspard annonçait la souffrance rédemptrice de l'homme à venir sous les traits de l'enfant.

epv.jpg

Dés le Ve siècle, l’Église donna une importance considérable à cet événement. La "Galette des Rois", servie à cette occasion, c'est une tradition typiquement Française qui avait cours au XIVe siècle. La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire, appelée la "Part du Bon Dieu" ou "Part de la Vierge", celle-ci était destinée au premier pauvre qui se présenterait à la porte du foyer. La tradition veut qu'elle soit l'occasion de "tirer les rois" à l’Épiphanie, une fève est cachée dans la galette et la personne qui obtient cette fève devient le roi (ou la reine) de la journée et a le droit de porter une couronne fantaisie. La tradition veut que celui qui trouve la fève, doit à son tour offrir la prochaine galette. C'est le plus jeune de la famille  qui, caché sous la table, décide de la distribution des parts de galette ou royaume.

LA GALETTE DES ROIS A LA FRANGIPANE

(on la mange en famille ou entre amis le 6 janvier en France)

galette des rois.jpg

MA PRÉFÉRÉE, LE ROYAUME AUX FRUITS CONFITS

royaume.jpg

Avec la sculpture de la "Befana de Liliane Guiomar", se trouvait un cadre avec l'histoire de la Befana, voici ce qu'il y était écrit :

La Befana Figure typique du folkore Italien, parfois appelée Stria - Mégère - la Befana, déformation de Befania - Épiphanie, est une créature sans âge vêtue de guenilles et à l'aspect de sorcière, mais nullement maléfique. Cette vieille femme difforme au nez crochu et aux grandes dents, vole à cheval sur un balai de maison en maison, en portant un énorme sac sur le dos pour distribuer des friandises et des jouets aux enfants sages.

La fête de la Befana trouverait ses origines romaines dans les fêtes de débuts d'année en l'honneur notamment de la "Déesse Stenia" qui a donné son nom aux "étrennes" pendant lesquelles on s’échangeait des cadeaux. La tradition récupéré par la religion chrétienne, l'assimila aux figures folkloriques pourvues de dons et liées à la fête de la nativité.

L'histoire raconte que les "Rois Mages", sur la route de Bethléem pour adorer l'Enfant-Roi, demandèrent leur chemin à une vieille femme et l’invitèrent à les accompagner. Après avoir refusé, prise de remords, elle prépara un panier empli de petits gâteaux et fruits secs. Partie à leur recherche, elle ne retrouva jamais la caravane des Rois Mages. Errant en vain, Saint Joseph, ému par sa tristesse, lui aurait dit que l'Enfant-Roi était dans tout enfant.

gif-immagini-befana-epifania-841.jpg

Depuis ces temps, pendant la nuit du 5 au 6 janvier précédant l’Épiphanie, la Befana vole juchée sur son balai chamanique, et, passant par la cheminée ou la fenêtre de chaque maison, avec son accoutrement inquiétant, emmitouflée dans ses vêtements noirs de suie, elle donne des cadeaux aux enfants obéissants et du charbon à ceux qui ne le sont pas. Une chanson se trouvait sur le bas de page dont voici le texte :

LES ROIS MAGES

(exposition Internationale de Crèches en Arles en Janvier 2013)

"Artiste Liliane Guiomar"

ST ROIS MAGES 1.jpg

En Espagne et dans plusieurs pays d'Amérique du Sud, l'arrivée des Saint Rois Mages le soir du 5 décembre est plus importantes que Noël pour certains. L'imaginaire populaire porté par l'exotisme et le merveilleux, a fait des rois mages des bienfaiteurs investis de pouvoir protecteurs.

Ils sont sollicités pour prévenir des mauvais sorts, et assurent paix et prospérité. "Melchior, Gaspard et Balthazar", représentent les 3 âges de la vie et les 3 continents connus à l'époque Asie, Afrique et Europe, ils apportèrent les premiers cadeaux à l'Enfant-Jésus qui venait de naître : l'Or, l'Encens et la Myrrhe.

Ils sont devenus tout naturellement les bienfaiteurs des enfants, on raconte que durant la nuit du 5 au 6 décembre, les Rois Mages font le tour des maisons pour distribuer des jouets rapportés de la Voie Lactée. Avant de se coucher, les enfants prennent soin de placer devant la porte de la maison, friandises et boissons à l'attention des rois, paille et seaux d'eau pour les chameaux.

rois-mages.jpg

Buona Festa della Befana,

A tutti i bambini obbedienti et disobbedienti,

Perché un bambino resta sempre un bambino.

Bonne Epiphanie a tous.

 

05/09/2014

I Domus de Janas - Les Maisons de Fées ou Sorcières en Sardaigne

Orgosolo - Domus de Janas di Sirilo.jpg

DOMUS DE JANAS SIRILO A ORGOSOLO

En divers endroits de la Sardaigne, existent de petites grottes funéraires creusés dans la roche que la tradition populaire sarde prénomme "Domus de Janas - Maisons des Fées" les Janas se sont des fées (fate) ou pour certains des sorcières (streghe).

Domus Campu Majore Busachi - di Arturo Serra.jpg

On a estimé qu'il y en aurait, plus de 2 000 dans toute l'île, les Janas qui résident dans ces grottes, sont décrites comme des petites femmes, très belles, habillées de rouge, gentilles mais très timides. Elles ne quittent leurs habitations que très rarement, et passaient le temps à tisser de splendides étoffes colorés (comme les costumes traditionnels) sur des métiers à tisser en or, tout en chantonnant de douces mélodies.

DOMUS DE JANAS 2.jpg

Les Domus de Janas sont des tombes creusées dans la roche par les populations qui vécurent en Sardaigne depuis le Néolithique. Leurs dimensions varient en fonction de l'endroit ou elles sont creusées, du type de roche, certaines petites sont creusées dans le granit, d'autres bien plus grandes le sont dans le calcaire. Le creusement à l'intérieur de la roche, se faisait avec des instruments en pierre qui étaient grossièrement faits pointus afin de pouvoir bien les tenir.

DOMUS DE JANAS 1.jpg

On les laissait dans les grottes une fois le travail terminé, on en a retrouvé souvent à l’intérieur, les grottes sont de forme circulaire ou quadrangulaire avec une ou plusieurs pièces d'1 m² environ ou plus. Dans certaines y sont gravés des symboles de spiritualité ou autres comme des cornes, des spirales ou autres.

LA TOMBA DEL CAPO - LA TOMBE DU CHEF

(Bonorva - Sassari photo Wikipedia)

Bonorva_-_S.Andrea_Priu_-_La_Tomba_del_capo_-_Pianta.jpg

Elles sont souvent isolées, mais la plupart sont réunies en grandes "Nécropoles de Domus de Janas", une parmi les plus célèbres est celle de "Sant'Andrea Priu" à côté de BONORVA - SASSARI. On y dénombre plus de 20 Domus de Janas dont, la tombe principale qu'on appelle "la Tomba del Capo - la Tombe du Chef" qui est constituée de près de 18 chambres avec des peintures murales. Elle fut aussi transformée en église par les premiers chrétiens de Sardaigne.

s_andrea_priu.jpg

Voici un article de 2013 sur cette grande et magnifique Nécropole ou plusieurs tombes ont étés cimentées afin de les préserver de toute intrusion et dégradation. Faute de moyens voilà à quoi on en est réduits, je comprends qu'il y a plus urgent à faire comme remettre les pays dans le droit chemin car plus rien ne va, en attendant mieux voilà à quoi on est réduits.

ARCHEO Domus de Janas di Tamara, Macomer.jpg

Ici en France aussi des vandales et des gens sans scrupules et sans honneur, violent ces lieux si exceptionnels pour revendre leurs découvertes sur des sites tels que Ebay ou autres. Mais s'il n'y avait pas d'acheteurs il n'y aurait pas de pillages, la demande est là très forte donc les pilleurs existeront toujours, ils vendront sous le manteau et ne seront pas inquiétés.

JANAS

(certains disent que ce sont des fées ou des sorcières)

JANAS.jpg

Certains pilleurs se feront prendre, mais combien passeront aux travers des mailles du filet et abîmeront des sites merveilleux irrémédiablement. Je suis vraiment écœurée par l’appât du gain à tout prix, avoir beaucoup d'argent, posséder voilà pour certains ce qui est le plus important dans leurs vies, honte à eux.

http://www.artemagazine.it/archeologia/24711/una-necropoli-sarda-sepolta-dal-cemento/

 

Les premières sont celles identifiées comme de la "Culture de OZIERI- SASSARI, 3500 - 2700 avant J.C." qui est une des cultures les plus significatives de cette période dans la Méditerranée (on peut visiter le Musée dédiée aux découvertes archéologiques du territoire.

DOMUS DE JANAS ORGOSOLO.jpg

Site Internet du "Museo Civico Archeologico di Ozieri" :

http://museo.comune.ozieri.ss.it/index.php   

En voici une autre très intéressante, mais il y en a tellement et elles ont toutes quelque chose de particulier qui les rend uniques. Voici la "Nécropole de Anghelu Ruju" découverte par hasard en 1903 lors de travaux. Elle comporte 38 Domus de janas et fut utilisé jusqu’à la fin de l’ère du cuivre et du bronze, elle fait partie aussi de la Culture de Ozieri - Sassari. Elle se trouve dans la Commune de Alghero - Sassari, c'est la plus vaste nécropole de la Sardaigne découverte à ce jour.

Capture d'écran 2014-09-05 19.08.46.png

La Necropoli di Anghelu Ruju.pdf  

DOMUS DE JANAS 1.jpg

J'espère que nous pourrons sauver notre magnifique Patrimoine Historique et Culturel des Domus de Janas en Sardaigne. Je suis certaine qu'on n'a pas encore tout découvert dans notre sous-sol si riche encore de belles découvertes à faire encore insoupçonnées. Bonne continuation à vous les "Archéologues" qui nous faites découvrir des choses magnifiques lors de vos fouilles et qui êtes toujours disponibles pour nous en apprendre un peu plus. Je prépare la liste des sites que je veux absolument voir en Sardaigne, j'avais pris les billets pour Rayanair pour y aller pour le 1er mai 2013, j'en ait été de ma poche de 230 € avec Rayanair, la prochaine fois c'est en voiture que nous y allons. 

domus-de-janas-su-crucifissu-mannu.jpg

Bonne visites à vous tous,

Dans notre si belle et riche île.

A PRESTU

 

09/06/2014

Les deux Amphores (pas seulement en archéologie)

anfore ok.jpg

En attendant un prochaine note, voici une légende orientale qu'un ami Italien m'a envoyée, je vous en fait profiter car je l'ait trouvée jolie et pleine de bon sens. 

Chaque jour un paysan transportait l'eau depuis la source jusqu'au village dans deux grosses amphores, elles étaient attachées sur la croupe de son âne, lui marchait à ses côtés. Une des amphores était vieille et pleine de fissures, elle perdait d'eau durant le voyage, l'autre était neuve et parfaite, elle conservait tout son contenu sans en perdre une seule goutte.

asino ok.jpg

La vieille amphore fissurée se sentait humiliée et inutile, car l'amphore toute neuve, ne perdait jamais une occasion pour faire remarquer à la vieille amphore sa perfection "moi je ne perds aucune goutte d'eau, moi".

Un matin, la vieille amphore se confia au paysan et lui dit, tu sait je suis consciente de mes limites, tu perds du temps, de l'argent et en plus tu te fatigue à cause de moi car, lorsque nous arrivons au village moi je suis à moitié vide. 

Pardonne mes faiblesses et mes blessures.

NOS FAILLES ET NOS FAIBLESSES

TERRA.jpg

Le lendemain, lors du voyage, le paysan dit à la vieille amphore "regarde le bord de la route...". Mais quelle beauté, le bord de la route était rempli de magnifiques fleurs de toutes les couleurs, tu a vu cette beauté dit l'amphore au paysan ?

Oui et tout ça c'est grâce à toi lui répondit le paysan. C'est toi qui chaque jour arrose le bord de la route, moi j'ai acheté un paquet de graines que j'ai semé le long de la route, sans le savoir ni le vouloir, toi tu les a arrosés tous les jours. 

La vieille amphore ne le dit jamais à personne mais, ce jour là elle se sentit heureuse et fière...

AAAAAAAA.jpg

Nous sommes tous pleins de blessures et de plaies ouvertes mais, si nous le voulons, nous pouvons faire des merveilles avec nos imperfections, il suffit de le vouloir...

COEURS MAIN.jpg

Bonne journée à tous... 

 

04/09/2012

Stonehenge... ? Non Parc Archéologique de Pranu Muttedu à Goni

EN VOYAGE POUR CONNAITRE LE PASSE

LE BERCEAU DE NOS ORIGINES 

pranu mutteddu 2.jpg 

A quelques kilomètres du village de Goni, à une demi-heure de Cagliari vous pourrez admirer le "Parc Archéologique de Pranu Muttedu" qu'on appelle aussi (nécropole Pranu Mutteddu) un site dedié au culte des morts. Il s'étend sur près de 200 000 m² et abrite l'un des plus importants groupements de monuments de la préhistoire sarde, on l'appelle d'ailleurs la "Stonehenge Sarda". Les tombeaux sont tous numerotés avec des chiffres romains.

TOMBEAU N° IV LA TRIADE (menhirs en protection du tombeau)

7.jpg

Les fouilles dans les années 1980 ont révelé de très nombreux objets faits à la main dont la typologie et les modes de fabrication varient. Ceux-çi sont attribuables aux communautés de la culture Pré-Nuragique de Ozieri établies dans ce lieu et datent du néolithique récent (3 200-2 800 avant J. C.). Le site a été fouillée à de nombreuses reprises par le Professeur de Paléontologie et Antiquités Sardes à Cagliari monsieur Enrico Atzeni.

 

La présence de nombreuses tombeaux et menhirs fait penser à une utilisation du site relative à des rites funéraires et religieux liés au culte des ancêtres et des morts. Le complexe archéologique comprend la concentration des menhirs la plus importante que l'on connaisse en Sardaigne (environ 60, disposés par paire, en groupe ou en alignement).

LE TOMBEAU N° II - GRAND CERCLE

(il était le centre de la nécropole, il l'est toujours)

9.jpg

Cet ensemble de monuments se dresse sur une aire entièrement couverte de chênes séculaires et d'autres essences typiques du maquis médittérranéen. La combinaison de ces deux patrimoines, celui si rare et riches des monuments et celui des bois et de l'énvironnement, ainsi que la variété de couleurs et de parfums des nombreuses essences en continuelle floraison confèrent au site son originalité et son charme particulier.

CARTE DE LA SARDAIGNE (GONI)

pranu mutteddu 1.jpg

On peut y voir un alignement de 20 menhirs le long de l'axe Est-Ouest, probablement en référence aux astres et au temps en rapport avec le culte des ancêtres. On pense que certains rites, se déroulaient à l'occasion d'alignements astraux spéciaux, nos actuels Solstices d'hiver et d'été. En effet ils marquaient des échéances particulières pour les cultures agricoles, mais servaient aussi bien aux agriculteurs qu'aux bergers.

TOMBEAU PRECEDEE PAR UN ATRIUM MEGALITHIQUE

gonipranumuttedu87.jpg

Une série de cercles concentriques délimités par des blocs qui affleurent, on peut supposer qu'elle était utilisée pour des rites funéraires et des cérémonies religieuses. L'utilisation rituelle de cet étonnant complexe peut être confirmée par la présence de la "Tombe II" située dans le cercle le plus interne et par les nombreux menhirs qui se trouvent au centre et à la périphérie, isolés ou groupés.

ALIGNEMENT DE MENHIRS

3.jpg

Tombeau N° II - GRAND CERCLE

Ce tombeau devait constituer le centre de l'aire sacrée, elle est creusée dans différents blocs de grés transportés sur les lieux et placés suivant un plan complexe. Elle est formée d'une entrée, de deux cellules de forme semi-circulaire et de la tombe à proprement parler.

PRANU MUTTEDDU A.jpg

Celle-ci est elle-même composée d'une façade en forme d'exèdre et de trois éspaces internes, en partie creusés dans des blocs de grés et en partie construits avec des murets de pierres séches, auxquels on accéde par des portes disposées symétriquement.

DOMUS DE JANAS OU CASE DELLE FATE

(maisons des fées ou sorcières) 

gonipranumuttedu36.jpg

Ce parc de par son importance, est visité par beaucoup de scientifiques et de touristes du monde entier, mais aussi de personnes qui y ressentent un calme et une sérénité, une énergie positive très importante, d'ou le choix de l'emplacement des lieux sacrés par les anciens.

TOMBEAU N° II - GRAND CERCLE

8.jpg  

La présence de l'homme sur le territoire de Goni est attestée depuis le quatrième millénaire avant J.C. comme le montrent de nombreuses pièces retrouvées à l'emplacement du parc sur d'autres sites proches de l'actuel centre habité.

PRANU MUTTEDDU B.jpg

Il reste de l'époque nuragique le présence majestueuse du Nuraghe à une tour presque intact qui, du sommet d'une colline isolée, domine le village et ses environs en défiant les siècles. Les premièrs renseignements historiques qui témoignent de l'existence du village remontent à l'époque des "Giudicati" (les quatre divisions territoriales de la Sardaigne au Moyen-Age).

DOMUS DE JANAS EN SARDAIGNE N° 1

(maisons de fées ou sorcières)

Un village appelé "Villa de Gon" est en effet recensé dans la curatoria de Seurgus (une sous-division du Giudicato) appartenant au giudicato de Cagliari. En 1257, il passa sous le contrôle des Pisans puis fut annexé à la couronne d'Aragon, suite à la conquête du giudicato par les Aragonais.

OLIVIER.jpg

En 1348, le roi Pierre IV d'Aragon donna le fief de Villa à Don Guglielmo de Torres et dès lors, celui-ci fut administré féodalment par divers feudataires dont le dernier fut le duc de Mandas, jusqu'à la suppression du féodalisme en Sardaigne par l'édit de Charles Albert de Savoie le 21 mai 1836. 

DOMUS DE JANAS (maisons de fées ou sorcières)

10.jpg

Les "Domus de Janas" sont des lieux funéraires à la forme de grottes artificielles creusés dans la roche et qui affleurent au niveau du terrain. La tradition en Sardaigne voudrait oublier sa fonction première, en imaginant qu'elles étaient en fait des habitations de petites fées gentilles qu'on appelle "Janas" mais il y avait aussi des sorcières qu'on appelle les "Janas".

LES DOMUS DE JANAS ET LA TRIADE

A PLAQUETTES SORTIES POUR BLOG.jpg

Si vous vous trouvez dans le Sud de la Sardaigne pour vos vacances, je vous conseille absolument d'aller visiter cette nécropole que j'ai eu le bonheur d'aller visiter c'est un lieu enchanteur. Je vous conseille d'y aller au printemps car moi je l'ai visité au mois de juillet, la chaleur y est torride (j'ai eu un peu de mal il faisait vraiment trop chaud, pourtant j'adore le soleil et la chaleur).

DOMUS DE JANAS EN SARDAIGNE N° 2

(maisons des fées ou sorcières)

Au printemps la végétation est en pleine floraison et l'on découvre des paysages magnifiques avec une lumière dans le ciel magique, des odeurs, le printemps est magnifique en Sardaigne. On ressent dans ce lieu un bien-être ainsi qu'une sensation d'évasion loin de tout chaos, de tout bruit, j'ai passée un agréable moment malgré la chaleur étouffante.

LES JANAS (fées)

 

Bonne visite à tous...

A PRESTU... 

 

11/11/2010

"S'ACCABADORA" LA FEMME QUI DONNE LA MORT

accabo.jpg

Voici une pratique ancestrale qui avait lieu en Sardaigne afin d'abréger les souffrances et ne pas laisser souffrir des personnes en phase terminale de leur maladie, on va évoquer le nom qu'on lui donne aujourd'hui "L'EUTHANASIE".

On parlait de "S'ACCABADORA" comme d'un personnage de légende, mais aujourd'hui on peut attester qu'elle a réellement existée en Sardaigne, elle a été un des personnages ayant tenu un rôle très important dans toute la société Sarde comme l'était à l'époque, "s'Allevadora" qui elle était sage-femme et mettait au monde les bébés.

BANDE DESSINEE DAMPYR

"S'ACCABADORA"

DAMPYR ALBUM BONELLI.jpg 

Depuis 1800 à nos jours, de nombreux écrits sont apparus concernant "S'ACCABADORA", soit pour confirmer soit pour nier la présence inquiétante de cette femme en Sardaigne, mais elle a réellement existé. Son nom Accabadora, viendrait de l'espagnol "ACABAR" qui signifie "finir", celle qui finit qui met un terme. 

De nombreuses thèses on été écrites, il y a même eu une bande dessinée n° 59, parue en fevrièr 2005 de la série "DAMPYR" qui s'intitule "LE TERMINATRICI" (on pourrait traduire par les finisseuses) et qui parle de cette pratique ancestrale.

ACCABADORA DE MICHELA MURGIA

Michela-Murgia-Accabadora1.jpg

Un livre vient de sortir concernant cette pratique "ACCABADORA" de Michela MURGIA écrivain sarde que je viens de commander, une version qu'ont peut aussi trouver en audio, son livre va bientôt être adapté à l'écran, on peut commander ces livres en italien sur le site "IBS.T" ou "BOL.IT".

La tradition voulait que S'ACCABADORA soit appelée par la famille et agissait seulement dans des cas vraiment désespères. On l'appelait lorsque la personne malade était épuisée et agonisante, qu'elle n'arrivait pas à mourir, lorsqu'il n'y avait plus aucun espoir d'amélioration et que la personne souffrait beaucoup trop.

C'était une petite vieille dame, toute de noir vêtue enveloppée dans "SU MUCCADORI MANNU" un très grand foulard noir qui retombait sur ses épaules, elle sortait frôlant les murs à la tombée de la nuit ou l'on ne pouvait pas l'apercevoir.

Elle transportait avec elle un sac avec ses outils, un petit joug de boeuf symbole de fertilité, de mort et renaissance qui venait placé sous la téte du malade afin de l'aider sur le chemin qu'il allait devoir emprunter, ainsi qu'un marteau en bois "SU MAZZOCCU" (voir photo) qui est conservé au "MUSEE DE LURAS".

aaaaa.jpg

Elle l'accompagnait dans les derniers instants de sa vie afin que son âme parte tranquillement, et pratiquait des rituels comme par exemple, réciter des prières et formules magiques, elle commençait par faire sortir la famille, enlever toute image réligieuse qui se trouvait dans la pièce, toute croix ou bijoux que le mourant possédait, puis une fois les saints sacrements donnés, elle pouvait commencer.

Site Internet sur S'Accabadora, article paru dans le journal "La Nuova Sardegna" qui est un journal sarde di 01-10-2008 :  

http://www.webalice.it/ilquintomoro/storia_tradizioni/acc...

Avec son "MAZZOCCU" marteau, s'accabadora donnait un coup sec un seul au malade, alors par contre il y en a qui disent sur la tempe, d'autres derrière la nuque, d'autres sur le front, cela interrompait ses souffrances et mettait fin à sa vie. Comme elle était arrivée elle repartait, silencieuse avec un regard de compassion à la famille de la victime.

DEFINITION DU MOT JOUG (GIOGO)

joug2.jpg

De suite après avoir quittée les lieux la famille annonçait la mort en criant et pleurant, puis on l'habillait de ses habits on l'installait dans son lit les mains croisées avec le rosaire entre ses mains et quatre cierges aux pieds du li, la famille la veillait en priant.

JOUG DE BOEUF (jualeddu de boi)

joug.jpg

Lorsque j'étais enfant je résidais à BURCEI avec ma famille, en revenant d'acheter le pain, je me souviens avoir entendu des gens pleurer et chantonner, je me suis approchée et j'ai vu dans une maison on faisait entrer pour rendre hommage et dire adieu à la personne decedée.

Je ne sais pas pourquoi mais je suis entrée par curiosité certainement, j'ai vu dans la pénombre de la chambre le lit avec la personne défunte habillée avec un beau costume noir, dans ses mains un chapelet noir entrelacé.

accab2.jpg

Autour du lit quatre gros cierges allumés sur des chandeliers argentés, tout autour la famille avec les pleureuses (des femmes qu'on payait pour venir pleurer le mort et évoquer la vie de ce monsieur en pleurant et criant, ça m'avait beaucoup choquée.

J'ai retrouvée une vidéo qui montre exactement la reconstitution de ce que j'ai vu à l'époque. Voici une émission "Antologia di Sardegna Canta" qui passe sur la première chaîne privée Sarde, elle montre différents extraits de chants, danses ainsi que des rites traditionnels comme une reconstitution de la mort avec ses rites qui avaient lieu en Sardaigne.

acabbadora1.jpg

Cette vidéo montre les femmes portant le deuil et "ATTITTENDI" (chants funèbres des femmes en Sardaigne) je ne sais pas le traduire mais c'est ce qu'elle disent pour le défunt ainsi que les pleurs. En effet ces lamentations en vers montrent la douleur d'une mère qui accompagne et confie son fils à Dieu, cela s'appelle "S'ATTITTU".

On voit aussi venir des personnes donner les condoléances, le monsieur dit en sarde " ayez de la patience pour les choses que nous envoie Dieu, qu'on le reconnaisse ou revoit dans la Sainte Gloire (au paradis)" on disait différentes phrases de reconfort à la famille.

RECONSTITUTION DES TRADITIONS

Elle ne demandait aucune rémunération elle le faisait gratuitement, c'était la plupart du temps dans les villages "L'ALLEVATRICE" ou S'Allevadora" la Sage-Femme qui aidait à donner la vie mais, aidait aussi lorsqu'il était nécessaire à l'enlever, en tout cas c'était vu par tous les Sardes, comme quelque chose de positif car elle abrégeait les souffrances des malades.

S'ACCABADORA

ACCABADORA.jpg

Tout le monde savait ce qui se passait, aussi bien l'église que les autorités mais elles n'intervenaient jamais, c'était toleré, elle faisait aussi la médécine contre le mauvais oeil avec un verre d'eau, des grains de blé et des prières avec rituels. Elle guérissait aussi avec des herbes et des prières, elle enlevait le feu, les verrues, les gens la récompensaient en lui offrant de la nourriture.

"SU MAZZOCCU" MARTEAU ET JOUG

martello.jpg

S'accabadora était aussi appelée "la signora della buona morte", la femme de la bonne mort, on les appelait aussi "LE SACERDOTESSE DELLA MORTE" les prêtresses de la mort, on note que sa dernière apparition attestée, remonterait en 1952 à ORGOSOLO un village de la BARBAGIA.

Voici un autre livre qui s'appelle "EUTANASIA ANTE LITTERAM IN SARDEGNA". Sa femmina accabbadora. Usi, costumi e tradizioni attorno alla morte in Sardegna. La traduction serait "EUTHANASIE ANTE LITTERAM (AVANT LETTRE, SE DIT D'UN FENOMENE CULTUREL) La femme accabbadora, finisseuse. Us, coutumes et traditions autour de la mort en Sardaigne".

Ce livre a été écrit par Alessandro BUCARELLI, médecin légiste à l'Université de SASSARI, et Carlo LUBRANO, lui aussi médecin dans la même Université, il est édité par les éditions SCUOLA SARDA (école sarde). Le livre fait suite à une étude  approfondie et des documents retrouvés auprès du Diocèse Sarde, des églises ainsi que des musées.

acabadora 10.jpg

J'ai pu lire les commentaires de personnes l'ayant lu et elles sont toutes positives, elles l'ont trouvé criant de vérité. Cette méthode a été retrouvée aussi dans les coutumes des peuples Phéniciens mais aussi des Étrusques.

Voila c'est une note pas très gaie mais elle fait partie de la vie et du Patrimoine de la Sardaigne, j'en entendait parler au coin du feu gamine, lors des veillées de Noël lorsque les légendes et histoires nous étaient racontées en attendant que le Père Noël passe.

Voici une interview-documentaire réalisée par L'Antropologue Dolores TURCHI à Madame CONCAS du village de GADONI, elle nous raconde en sarde, le "modus operandi" de S'Accabadora auquel elle a assisté une fois. 

HO VISTO AGIRE S'ACCABADORA

(j'ai vu agir s'Accabadora, la nonna raconte ce qu'elle a vu)

Ou alors par des belles soirées d'été  avec le ciel étoilé, ma grand-mère maternelle vêtue de noir, elle portait le deuil de mon grand-père, après le dîner prenait sa chaise, on la suivait sur le pas de la porte ou ses voisines la rejoignaient. Elles commençaient par parler de la pluie et du beau temps, puis elles se racontaient ces histoires qui nous gamins nous terrorisaient mais nous aimions bien les écouter.

Je souhaite une bonne lecture et longue vie à tous.

A PRESTU . . .

18.jpg

 

30/06/2009

S'Ardia à Sedilo (Oristano)

 ar.jpg 

Voici une fête traditionnelle spectaculaire qui allie, courage et tradition réligieuse des cavaliers mais aussi de la population. Les cavaliers et leurs chevaux risquent leur vie dans cette course au grand galop incroyable, y sont réunis plus de 100 cavaliers pour offrir le plus beau et époustouflant spéctacle qui rassemble beaucoup de touristes et de Sardes venus de toute l'île.

COMMENT VENIR  A SEDILO :

http://maps.google.it/maps?f=q&source=s_q&hl=it&geocode=&q=sedilo&sll=40.177873,8.922733&sspn=0.003861,0.009624&ie=UTF8&ll=40.19461,8.922272&spn=0.988122,2.463684&z=9&msa=0&msid=112471432199850866416.0000011232cb712f029ad

 
"S'ARDIA A SEDILO"
 
SUR L'AFFICHE EST INSCRIT : LA FOI - LE COURAGE - L'AME
 
ardia2009-sedilo.jpg

1 : LES CONSIGNES DES PANDELAS

 

Le soir du 6 juillet et le matin du 7, tous les cavaliers vont se retrouver dans la maison de la première Pandela (le premier cavalier), puis tous ensemble iront sur la place de l’église ou verront distribués les  drapeaux et sera donnée la bénédiction.

 

Ainsi commence la procession vers le sanctuaire, ouverte par la bande musicale et guidé par le prêtre et Monsieur le Maire à cheval encadrés par deux Carabiniers en uniforme de cérémonie.

 

S'ARDIA 2008


 

2 : SU FRONTI MANNU

 

Arrivés au début de la rue qui descend jusqu'à l'église, SU FRONTI MANNU, le prêtre donne une deuxième bénédiction.

 

Les cavaliers continuent leur descente jusqu'à arriver au point dit SU FRONTIGHEDDU ou ils vont recevoir une troisième bénédiction.

 

A ce point le prêtre, le maire et les carabiniers vont se rendre à l’église, pendant se temps les chevaux attendent impatients le moment du départ.

 

SAINT CONSTANTIN

ARDIA SAN CONSTANTINO.jpg 

 

3 : DEPART SA SU FRONTIGHEDDU

  

Le moment du départ est  très émouvant soit pour les cavaliers qui participent, soit pour les spectateurs très nombreux à y assister. Cela va donner lieu à une course effrénée qui va les laisser tous le souffle coupé. 

 

La première Pandela se décide à partir et va donner le signal aux deux autres en éperonnant son cheval vers la descente très raide.

 

Il entrera ensuite sous l’arc de Constantin pour arriver à l’église. Derrière lui  les 100 cavaliers qui entre la poussière et le bruit des sabots des chevaux essayeront de lui rester le plus près possible.

 

4 : ENTREE SOUS L’ARC DE CONSTANTIN

 

De suite après le départ, après avoir fait un grand virage très dangereux, les chevaux entrent dans le sanctuaire en traversant l’Arc de Constantin.

A4.jpg

5 : TOURS AUTOURS DE LA MURETTE (MUREDDA)

 

Quand la première Pandela décidera les chevaux continueront leur course vers l’église et iront vers la Muredda (une murette) ou verront faits des tours dans le sens des aiguilles d’une montre mais aussi à l’envers pour revenir à l’église en concluant S’ARDIA.

 

Arrivés à l’église vont être effectués des tours au pas, d’habitude 5 ou 7 tours toujours en nombre impair. A chaque tour les trois Pandelas vont s’arrêter devant l’église afin de se signer, signe qu’avait fait Constantin lors de la bataille du "Pont Milvius" contre Massenzio (Maxence)

 

L'empereur romain Constantin bat son rival Maxence lors de la bataille sur le Pont de Milvius à trois kilomètres de Rome. La légende veut que Constantin ait eu la vision d'une croix dans le ciel peu avant cette bataille où était écrit en grec "en toutô nika - triomphe par ceci". Cette apparition incita le monarque à placer des chrismes sur les boucliers de ses soldats pour les protéger. La victoire contre Maxence le réconforte dans son idée, dés lors Constantin choisira de défendre le Christianisme. 

  

VOICI LA CARTE AVEC LE PARCOURS : 

 

http://maps.google.it/maps/ms?ie=UTF8&hl=it&msa=0&msid=112471432199850866416.0000011232cb712f029ad&om=1&ll=40.16838,8.939899&spn=0.003861,0.009624&z=17

.

 

A PRESTU . . . .  

 

COPPIA CAVALLO.jpg

 

COUPLE A CHEVAL EN COSTUME

 

17/05/2009

LA FONTANA DEI GANCI (LA FONTAINE AUX CROCHETS )

Voici une nouvelle légende que les anciens racontaient lorsqu'ils se retrouvaient après une dure journée de travail, sous les oliviers en prenant le frais, ou alors dans un café à jouer aux cartes traditionnelles (je n'ai jamais rien compris à ces cartes si particulières j'en ai un jeu en souvenir car elles me plaisent et me rappellent des moments de bonheur).

Mes grands-parents paternels avaient le premier café le plus important du village de BURCEI (dont je vous ait déjà parlé dans une note précédente) ou les anciens venaient y boire et discuter entre eux.

Leur café était situé au centre du village ou avaient lieu les fêtes. Il y avait des chanteurs traditionnels et des vendeurs de produits régionaux comme ''IL TORRONE'' le touron aux amandes dont nous raffolions, ainsi que d' autres sucreries.

Le bar était situé au rez-de-chaussée de la maison familiale. Lors de ces fêtes nous autres les enfants nous n'avions pas le droit de rester traîner. Il y avait beaucoup de travail au bar et ont n'aimait pas nous avoir dans les pattes.  On nous faisait donc monter à l'étage dans la chambre situè au fond du couloir qui donnait sur la place.

Nous étions beaucoup de cousins et cousines, les bêtises ça nous connaissait ! Et puis nous voulions assister à la fête malgré l'interdiction.

Alors  on ouvrait la fenêtre donnant sur la place et l'on voyait les gens arriver avec leurs chaises et on entendait parler, crier, rigoler, et chanter. On aimait bien écouter la musique entraînante même si on ne comprenait pas trop bien les chanteurs.

Ça nous est arrivé de colère et pour mettre un peu d'ambiance, de jeter de l'eau par la fenêtre sur les passants, mais comme ils allaient au bar se plaindre nous nous faisions gronder. Quant à nous cela nous faisait beaucoup rire.

Les villageois aimaient écouter ces chanteurs qui improvisaient ''IS IMPROVISATORISI'' (ce sont des chanteurs polyphoniques). Les gens appréciaient particulièrement leurs chansons car ils faisaient des joutes verbales. Alors la foule applaudissait à tout rompre et sifflait celui qui avait eu la meilleure répartie.

CARTE DE QUARTU ST ELENA 

QUARTU ST ELENA.JPG

Lorsque j’étais petite j’entendais dire que dans la ville de ''QUARTU ST ELENA'' en province de CAGLIARI (voir carte) il existait une fontaine dite ’’DES CROCHETS’’.

Cette fontaine servait en fait pour tuer les personnes condamnées à mort. Elle était situèe dans la place de ’’IS ARGIOLAS’’ un  quartier de QUARTU ST ELENA. Aujourd’hui à cet endroit se trouve une croix en granit.

Lorsque l’on condamnait une personne à mort on la jetait dans cette fontaine qui était remplie de crochets en fer et cette pauvre personne n’arrivait jamais au fond du puits car elle se prenait dans les crochets et mourait ainsi.

On disait que les cris de cette pauvre âme, étaient entendus à un kilomètre de distance.

Je tenais à remercier '' CONTUSU ANTIGUSU'' site ou j'ai pris certaines histoires.

 

A PRESTU . . . .

BUSACCHI.jpg
COSTUME TRADITIONNEL DE BUSACHI

18:35 Publié dans Légendes | Lien permanent | Commentaires (0)

07/05/2009

LA LEGENDE DE DONNA BISODIA

Voici une autre légende que nous racontait ma mère ou ma tante le soir de Noël au coin du feu. Nous les enfants étions très sages car nous aimions beaucoup ces histoires avec le crépitement du bois et les flammes du feu dans la cheminée.

SAN PIETRO E DONNA BISODIA

Il y a bien longtemps, les prières à l'église étaient dites en LATIN, mais certaines personnes ne comprenaient pas leurs sens. Pas mal de petites vieilles, par exemple, l'égratignaient en disant le "NOTRE PERE" comme ça :

“Panem nostrum quotidianum Donna Bisodia”, au lieu de
“Panem nostrum quotidianum dona nobis hodie”.

Et si quelqu'un demandait :

“Mais qui est cette Donna Bisodia ?” ils répondaient
“Mais tout le monde le sait, c'est la mère de Saint Pierre”.

On racontait en effet, que le Saint Apôtre avait une mère grincheuse, qui se mêlait de tout. Elle tourmentait continuellement le pauvre Saint Pierre jusqu'à ce qu'elle arrive justement à lui faire insérer dans la prière du Notre Père son nom à elle. Mais il parait qu'elle était aussi très jalouse de Jésus Christ, qui lui faisait des miracles tandis que son fils (Saint Pierre) non.

“Mais qu'as-il de spécial ton  Maître”  lui demandait-elle ?
“A mon avis, toi tu saurais faire mieux que lui si seulement tu le voulais".

Une fois une très vieille femme, demanda à Jésus de lui redonner sa jeunesse.  Elle insista tellement et que fit Jésus ?  Il la mit dans un four allumé, et quand il la sortit elle était complètement carbonisée. Jésus prit un marteau, il lui donna quelques coups et la petite vieille ressuscita rajeunie d'au moins une trentaine d'années.

"Tu as vu comme ça a été façile ”  dit Donna Bisodia à Saint Pierre ?
“Allez vas y essaye toi aussi et tu seras plus connu que lui ".

Elle l'embêtait tellement, que le pauvre Saint Pierre dut lui obéir. Il prit une petite vieille qui passait par là et la mit dans un four. Évidemment la famille de la petite vieille se fâcha.

Et Donna Bisodia leur dit :

"Soyez tranquilles, vous avez vu ce qu'a fait Jésus avec la petite vieille d'avant ? Mon fils sait faire encore mieux, avec deux coups de marteau il va vous la transformer en une jeune fille de 15 ans".

La pauvre petite vieille était carbonisée, Saint Pierre la sortit du four, lui donna trois ou quatre coups de marteau, mais la pauvre vieille était morte et elle le resta.

C'est pourquoi ses parents se mirent à courir après le pauvre Saint Pierre avec des fourches et d'autres outils. Heureusement que Jésus arriva et fit ressusciter la petite vieille et sauva la situation.

Mais après cette mésanventure Saint Pierre n'écouta plus sa mère Donna Bisodia. Celle-ci mourût longtemps après tellement sa peine  était grande, naturellement elle alla directement en enfer. Mais Saint Pierre avait beaucoup de peine car malgré tout c'était sa mère.

Il demanda à Jésus de la sauver car selon lui, Donna Bisodia s'était repentie de son égoïsme. Et il lui répondit :

"Tu en est vraiment convaincu ? Si ce que tu dis est vrai, lance lui une corde et fais la monter au Paradis".

Heureux comme un Pape, Saint Pierre prit une corde longue et épaisse et il la lança vers l'enfer. Il cria à sa mère de s'y attacher. Elle l'attrapa et elle commença à monter. Mais les âmes damnèes qui lui étaient proches, pensèrent  pouvoir profiter de l'occasion et elles s'attachèrent toutes ensembles. Et alors que fit Donna Bisodia ? Elle commença à donner des coups de pieds en criant rageusement :

"Eh ! lâchez la corde ! Si vous vouliez des fils Saints, vous auriez du les faire vous même ! Laissez la corde, poussez vous, allez vous en il n'y a que moi qui monte au Paradis".

Et a ce moment là, la corde se coupa et Donna Bisodia fut à nouveau précipitè à en Enfer, et l'on croit qu'elle s'y trouve encore . . . .

 

A PRESTU . . . .




18:33 Publié dans Légendes | Lien permanent | Commentaires (0)

29/04/2009

LEGENDES ANCIENNES

Je vais vous parler maintenant de quelques anciennes légendes SARDES, qui font peur aux enfants. En effet nos grands-mères par des belles soirées d'été, avaient l'habitude une fois le dîner terminé, de se retrouver avec leurs voisines devant les pas de porte afin de prendre le frais et de se reposer de leur journée de travail harassante.

Chacune prenait sa chaise en bois et commençait alors une soirée de contes et légendes à faire frémir les plus téméraires, nous enfants nous aimions bien les écouter malgrè notre peur sous un ciel magnifiquement étoilè. Les villages et villes n'étaient pas aussi éclairés à cette époque ce qui donnait un air encore plus lugubre, avec parfois les cris de la chouette (SA STRIA en SARDE).

SA STRIA (LA CHOUETTE) = OISEAU NOCTURNE

Dans certaines Régions de L'ITALIE, dont LA SARDAIGNE "SA STRIA" voulait indiquer les "SORCIERES". On disait qu'elle tuait les nouveaux nès dans leur berceaux leurs suçant le sang comme les vampires, ces croyances ont été maintenues dans l'île jusqu'à la seconde moitiè du 1 700.

Mais en même temps, LES SARDES attribuaient aussi des propriètés thérapeutiques, en brûlant le plumes et buvant avec de l'eau ses cendres, on avait un excellent remède contre la jaunisse.

presagio.jpg

Nous avons une sorcière avec un double aspect et divers pouvoirs, guérisseuse mais aussi assoiffée de sang de nouveaux nès, qui terrorise  une bonne partie du Nord de lîle et qui pouvait aussi transformer son corps même en objets afin d'arriver à ses fins.

La STRIA est présente aussi avec d'autres sorcières, elles travaille avec elles qu'une "LEGENDE" parle d'un procès d'une d'elles, qui condamnée au bucher va être justement sauvée par l'une d'elles. Encore de nos jours est présente un col granitique qui en conserve le nom, "SA PUNTA DE SA STRIA, VICINO A BUDDUSO" se trouve au NORD-EST de la SARDAIGNE et est renommée pour ses TOMBES DE GEANTS, DOLMENS, SES NECROPOLES DE "ISELLE" ET DE "LUDURRU" ainsi que son NURAGHE LOELLE.

Curiositès :

Les sorcières on les appelle aussi "IS COGAS", elles avaient une longue queue qu'elles tenaient bien cachée des regards des gens. Naturellement personne ne pouvait en être certain de les avoir vues, d'autant plus qu'elles s'habillaient avec de longues jupes jusqu'au pieds.

strega.jpg

C'était des êtres maléfiques qui avaient le pouvoir de se transformer en n'importe quel animal ou objet. Quand elles voulaient entrer dans une maison elles se transformaient en mouche, en chat et se promener sur les toits en attendant de trouver une fenêtre ouverte.

Les contes de sorcières étaient ceux preferés des grand-mères afin de séduire et de garder les enfants un peu turbulents, après le dîner pendant les longues soirées d'été  ou devant la cheminée les soirées d'hiver.

MOMMOTTI

Dans la tradition SARDE, le "MOMMOTTI" représente une représentation imaginaire qui était utilisé et l'est encore de nos jours en SARDAIGNE, afin de faire peur aux enfants. Parfois elle venait associée à un homme noir et obscur, ou alors à un méchant ogre qui vénait emmener les enfants qui n'étaient pas sages.

Lors des defilés pendant le CARNAVAL en SARDAIGNE on se souvient que, étant enfants des personnages comme par exemple "LA FILONZANA", tout habillés de noir avec des masques très noirs qui faisaient peur,sortaient du defilé afin de faire peur aux enfants, nous l'imaginions comme ça MOMMOTTI et arrêtions dés qu'on nous disait "attention MOMOTTI va arriver".  

SA MAMMA E SU SOLE

C'est une petite vieille recouverte d'un drap blanc, qui rode aux heures ou le soleil est le plus chaud, elle va à la recherche d'enfants désobéissants qui refusent de faire la sieste après le déjeuner.

Si elle les trouve, elle leur brûle le front les forçant au lit  avec une très forte fièvre et une cicatrice.

SA FILONZANA (FILEUSE)

Dans  sa main elle tient le fuseau et elle file continuellement un fil très fin. En fait c'est le fil de notre destin et elle seule le connaît et l'a dans ses mains. Elle est venue de noir et possède une bosse sur son dos tellement prononcée qi presque la coupe en deux. Elle a le visage couvert d'un horrible masque, méchante et ambiguë.

Que fait elle ? Elle file en continu et ce que les gens redoutent c'est que le fil qu'elle est en train de filer ne casse. Les gens ont peur d'elle    et la respectent mais ne l'aiment pas, elle possede une mauvaise renommé, même si personne ne sache d'où cela vienne. La nuit des temps peut être l'a vue venir au monde, mais les contes populaires "IS CONTUSU" n'en ont aucune trace.

SA FILONZANA

filonzana &.jpg

SA FILONZANA est un masque typique du CARNAVAL SARDE, très souvent elle apparaît à la fin du défilè, presque un avertissement après la joie, les rires de la fête.  

 Curiositès :

Certains disent que le visage macabre de SA FILONZANA, accompagnait les jeunes afin de faire une quète pendant la nuit du nouvel an, et  caque porte du village devait s'ouvrir en grand et offrir des fruits secs et des gâteaux.

La présence de "SA FILONZANA" devait assurer une bonne réussite de la quéte, mais pour ceux qui ne se montraient pas généreux, c'était inevitable  s'entendre dire des phrases ou des proverbes traditionnels de mauvais augure.

JANAS PICCOLE FATE (PETITES FEES)

Autres image importante de femme dans les legendes SARDES sont, les "JANAS" (piccole fate) ce sont des petites fées qui vivaient dans des trous creusés sur les rochers, dans des ruines de châteaux, des nuraghi et des "DOMUS DE JANAS" justement cela signifie "maison des fées", en fait c'étaient des tombeaux préhistoriques.

Elles sortaient seulement la nuit, afin que les rayons de soleil n'abîment leurs peau très blanches. Les nuits sans lune lorsqu'elles se déplaçaient pour aller prier prés des temples nuragiques, elles couraient sur les sentiers éscarpés et recouverts de ronces. Pour éviter les ronces,les JANAS devenaient lumineuses et cette clarté signalait leurs présences.

JANAS FEES)

danza_fate.jpg

Selon la légende, elles possédaient des metièrs à tisser d'or, des  pour la farine faits d'argent. Mais elles étaient aussi les gardiennes d'un immense trésor, fait d'or, de perles, de diamants et autres. Pour défendre ces richesses en étaient les gardiennes les "MUSCAS MACEDDAS", horribles créatures avec la tète de brebis, un seul oeil au centre du front, des dents pointues, des ailes courtes et un dard venimeux.

Les MUSCAS MACEDDAS se trouvaient cachés à l'intérieur d'une caisse, melangé à d'autres contenant le trésor. C'est pourquoi personne n'osait les ouvrir de peur d'ouvrir la caisse avec ces créatures, les libérant, voilà comment le trésor restait en possession des JANAS. 

Curiositès : 

Les JANAS accompagnaient leur travail avec un très beau chant, la mélodie se diffusait dans l'air et lors des nuits silencieuses elle encourageait les marcheurs solitaires et fatigués. Les domus de janas étaient des tombeaux, (celle-çi se trouve à NUORO A L'EST DE LA SARDAIGNE).

DOMUS DE JANAS (MAISONS DE FEES)

Domus_de_Janas_di_Maria_Frunza(Nuoro).jpg

Les DOMUS DE JANAS sont en réalité des sépultures préhistoriques, avec des pièces très petites, que la fantaisie populaire a transformè en maison de fées. Selon la légende les janas gardaient d'immenses trésors et lançaient des sorts, des fois en bien mais des fois en mal aux personnes qu'elles rencontraient.

FATA DI RIOLA

Dans la Région de ORISTANO (à l'ouest), existent diverses légendes liès aux domus de janas , parmi celles-ci, celle de la "FATA DI RIOLA". La JANAS de SINIS avait accueilli la prière d'un paysan en lui transformant une poignée de grains de blè en autant de vaches, lesquelles se multipliaient au fur et à mesure du temps passé.

fatina01.gif

Afin que la magie dure dans le temps, le paysan devait toucher les vaches et à son toucher, sur celles ci apparaissaient des taches blanches. Aujourd'hui encore les anciens raccontent, que les vaches qui ont des taches blanches descendraient du troupeau qui aurait reçu des sorts de la part des fées.

Cette fée était connue pour avoir d'énormes trésors qu'elle avait eu grâce à ses artifices magiques. On essayait souvent de les lui dérober et elle avait fait entourer son château d'un grand fossé rempli d'eau, laquelle elle même en était prisonnière.

Cette femme qui était magnifique, riche et puissante, était aussi de santé très fragile et l'on dit qu'elle serait decedée en ayant reçu une goutte de rosée.

PANAS PARTORIENTI

C'étaient les esprits de femmes decedés pendant l'accouchement et, elles revenaient temporairement dans le monde des vivants comme avant. Étant decedés dans un moment particulier de leur existence (consideré comme impur), elles étaient condamnées à laver les langes de leurs bebés pendant un temps qui pouvait varier de 2 à 7 ans.

Les panas pouvaient être vues aux intersections le long de ruisseaux, entre  1 heure et 3 heures du matin, en train de laver les langes et chanter une triste "NINNA-NANNA" (la ninna-nanna est une chansons très douce afin que les enfants s'endorment). Leur condamnation était  de ne pas parler absolument ou interrompre leur travail, si cela arrivait elles devaient recommencer leur peine des le début.

Par contre si elles venaient à être derangées par quelqu'un pendant qu'elles lavaient, les panas se vengaient en les eclaboussants avec de l'eau, qui  brulait comme du feu.

Curiositès :

Souvent les taches sur le visage , surtout des jeunes femmes, on les expliquait comme une vengeance des panas que l'on aurait derangés.

LUXIA ARRABIOSA (femme petrifiéé)

C'était une femme tellement riche mais très radine, elle possédait des terres, des champs de blè et elle en était tellement jalouse que, pour cette avarice elle fut punie par DIEU qui la figea en pierre elle et les objets qui lui appartenaient.

Aujourd'hui encore, il est possible de voir dans toute l'île des rochers aux formes bizarres, il s'agit de chevaux, d'outils pour travailler la terre etc.

Curiositès :

Dans le territoire de "SIRIS", se trouve une pierre que l'on appelle "SU PROCU DE LUXIA ARRABIOSA" (le cochon de LUXIA ARRABIOSA).

A "POMPU" il y a des pierres qu'on appelle : "SU PEI DE SU BOI" (le pied de boeuf), "SU  TUTTURU E SA CULLERA" (la louche et la cuillère) certains objets de LUXIA ARRABIOSA.

 Pour y aller : prendre la route (Strada Statale 131 dans la Région de ORISTANO en descendant vers CAGLIARI dans le SUD).

Qui avait il de vrai dans ces contes, on ne sait pas, mais les enfants les écoutaient avec attention et les apprenaient, on parlait des sorcières de génération en génération, de pays en pays et épouvantaient les enfants, parfois les adultes lorsque arrivait la mort d'un enfant, ou d'une jeune mère que l'on ne s'expliquait pas.

Il parait que la présence de "SANTU SISINO" c'était un SAINT qui protégeait les gens contre le diable et les sorcières, il avait à "VILLACIDRO"  (cette ville se trouve à 50 km de CAGLIARI SUD-OUEST), éliminé toutes les sorcières qui avaient la queue et se transformaient en mouche ou chat.

Pour les autres, plus que des sorcières c'étaient de vieilles femmes qu'on appelait sorcières et qui disaient "I BREBUS" (prières contre le mal afin de guérir les gens, mais qui pouvaient aussi faire des maléfices comme on disait avant jeter des sorts.

On mettait aussi les balais à l'envers pour conjurer les sort , ainsi qu'éloigner et protéger les maison des sorcières. Il y a tellement de  légendes anciennes en SARDAIGNE que, de temps en temps je vous en glisserais une.

A PRESTU . . . .

 

12:35 Publié dans Légendes | Lien permanent | Commentaires (0)