Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/06/2009

LES RITES ET CROYANCES SUR LA MORT

Les rites et croyances concernant les morts sont nombreux et variés en Sardaigne et concernent tout le monde dans le village. En voici un petit aperçu.

LA MORT

MORT.jpg

Tout d'abord lorsqu'une personne décédait, on entendait le tintement des cloches de l'église du village, ensuite on préparait la chambre où le défunt allait être exposé avec des objets religieux comme les grosses bougies aux quatre coins du lit. Ensuite, parents et amis venaient rendre un dernier hommage au défunt.

Puis avait lieu "S'ATTITTU" c'était des lamentations afin d'exprimer la douleur que ressentaient les familles du défunt, c'était des femmes qu'on payait pour venir raconter la vie du défunt en chantant. Combien il avait été un bon mari, un bon père de famille, un honnête homme et un travailleur acharné, quelqu'un de respecté et estimé dans le village, c'était souvent improvisé et il y avait toute une gestuelle   , les bras et les mains soulevés vers le ciel pour exprime la désolatio et  puis laissés tomber sur les genoux avec force de bruit. .

AUDIO DE "S'ATTITTU" (LAMENTATIONS)

http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=1112

S'ATTITTU se chantait afin d'exprimer la douleur que ressentaient les familles, ces lamentations c'était souvent des femmes qui l'exécutaient. On rappelait les actions positives

Ensuite on fermait le cercueil, et la messe de funérailles avait lieu, accompagnée des chants d'hommes qui remplissaient l'église, c'était très émouvant. J'en ai le souvenir étant petite d'avoir assisté à un enterrement et ça m'avait marqué, tous ces cris, ces pleurs, ces chansons si tristes et la messe solennelle et grave.

2rgfdyd.gif

Une fois la messe terminée le cortège accompagnait le cercueil à pied jusqu'au cimetière en dehors de la ville, à l'époque tout cela avait lieu à pied avec des fleurs et beaucoup de tristesse dans le cortège.

Après il y avait le rite de "TENERE IL LUTTO" (PORTER LE DEUIL), la famille s'habillait tout de noir et la vie reprenait son cours quelques mois après lorsque les visites au cimetière s'espaçaient. Ces "rites collectifs" étaient à la base pour exorciser la mort dans la communauté où cela avait eu lieu.

La mort était un évènement attendu avec peur et résignation et était surtout craint par son arrivée imprévue, voici des femmes habillées de deuil, c'est à dire toutes de noir vêtues comme il se portaità l'époque (femmes qui défilent pour la fête du 1er mai à CAGLIARI voir note).

"TENERE IL LUTTO" FEMMES PORTANT LE DEUIL

DONNE NERE.jpg

On disait que les animaux ressentaient lorsqu'un décès allait avoir lieu (ou un évènement naturel) bien avant les hommes. Des signes prémonitoires étaient visibles pour annoncer la disparition d'un membre de la communauté.

En premier lieu les oiseaux, et surtout ceux de nuit  comme la " STRIA (LA CIVETTA), SU CUCCUMIAU (IL GUFO), LE MOINEAU SOLITAIRE (SA SOLITARIA) " . Ils étaient annonciateurs de mort s’ils se posaient sur le toit de la maison en chantant. On disait qu'ils arrivaient à sentir l'odeur de la mort.

riti_morte.jpg

Les chiens aussi pouvaient sentir la mort, on disait qu'ils venaient avertir l'âme qui allait mourir, et ils communiquaient avec des hurlements la présence des morts parmi les vivants.

On en avait peur lorsqu'on entendait le soir SA STRIA (LA CHOUETTE) ou le chien crier à la mort. Il y avait  aussi la poule avec  ses caquètements la nuit, mais on disait que pour la poule il était possible d'y remédier,  " SA PUDDA CHI CANTADA OLLIDI PESADA " la poule qui chante  doit être remuée afin d'éviter  d'éventuelles disgrâces.

Si le matin après un tapage nocturne dans le poulailler on trouvait une poule morte, on disait que la mort était passée mais avait préféré tuer une poule au lieu d'un homme. Un autre  présage lorsque le coq chantait avant minuit, ou au passage d'une comète, un hale de rouge autour de la lune prédisait une effusion de sang.

On croyait aussi que l'huile d’un récipient cassé qui était répandue par terre devait être utilisée afin de préparer une lampe funéraire.

Il y avait aussi les croyances liées aux rêves, on les prenait en considération car rêver deux fois d'une personne décédée n'était pas très bon signe. En effet dans le village à mon père, parfois on entendait tiens j'ai rêvé de ton père ou de ta mère  et il m'a dit de te dire qu'il aimerait beaucoup manger des pâtes.

Alors la personne rentrée chez elle préparait une belle "PASTASCIUTTA"  (pâtes) avec la sauce et beaucoup de ‘pecorino Sardo (fromage de brebis ) ou faisait "IS CULIRGIONIS" (les raviolis Sardes) et les faisait porter chez quelqu'un de pauvre dans le village en l'honneur du mort.

Ca pouvait être du pain, du vin, du fromage ou tout autre chose comme faire dire une messe, la personne qui avait rêvé disait que le décédé lui avait dit de dire à sa famille qu'il n'était pas encore arrivé là ou il devait aller, et la famille avait beaucoup de chagrin et allumait des cierges et faisait dire une messe par le curé du village.

NOTTE.gif

Ma mère nous racontait qu'un jour elle aussi avait rêvé qu'une personne lui avait demandé de faire la commission à sa fille, et qu'il aimerait bien manger des pâtes, mais ma mère s'était dit que ce n'était qu'un rêve et se voyait mal aller faire cette commission à la famille qui était encore dans le chagrin.

Le soir même elle rêvait à nouveau et la personne lui  a dit "tu n'a pas fait la commission que je t'ait donné, tu a intérêt de le faire". Elle ne l'a pas faite non plus et le soir même en se couchant dans son rêve cette personne l'a battue avec une canne sur tout le corps en lui disant de faire la commission.

Le lendemain elle s'est réveillée toute courbaturée avec des bleus sur les bras, et là elle a été raconter à sa famille ce qui lui était arrivé et on lui a dit que c'est le vrai mort qu'on voit , sa famille lui a fait parvenir ce qu'il demandait et ma mère n'a plus rêvé de lui. Ça lui a servi car lorsque il lui arrivait de rêver d'une personne  décédé demandant quelque chose elle allait le dire.

resizer.jpg

Rêver de quelqu'un mort depuis peu et se promenant dans la rue, voulait dire que la mort aurait pris quelqu'un dans ce voisinage, ou alors rêver d'une veuve qui ne porte pas le deuil ou prête à se remarier présageait la prochaine femme qui deviendrait veuve dans le village.

On parlait aussi du bal des morts qui indiquait l'invitation à se mêler à ce bal, cela voulait dire que la personne allait mourir si elle accepte.

2hn2ude.gif

Certaines nuits il se peut que l’on entende le son ’’DES LAUNEDDAS’’ (voir note précédente instrument de musique traditionnel) et les voix d’hommes et de femmes provenant d’une église.

Ceux-ci très joyeux chantent et dansent, en invitant le peu de passants nocturnes à entrer afin de faire la fête avec eux.

Ce sont des morts, qui à certaines périodes de l’année descendent sur terre afin d’y faire la fête, mais il faut absolument refuser leurs invitations à danser car leurs pieds ne touchant pas le sol celà pourrait être fatal aux humains.

Les anciens le savent et à l’invitation des morts déclinent l’offre en souriant. Mais il y a toujours quelqu’un qui ne sait pas . . . . les morts le sachant arrivent à les emporter avec eux en disparaissant.

Les bergers du "CAMPIDANU" (vaste plaine de la Sardaigne qui s’étend de CAGLIARI, CARBONIA – IGLESIAS ET ORISTANO voir carte) avaient très peur de rencontrer le char des morts (CARR’E SOS MORTOS) qui marche sans que quelqu’un le tire et qui se transforme en un grand feu autour duquel les esprits se mettent à danser comme dans un tourbillon infernal.

IL CAMPIDANU (PLAINE)

CAMPIDANO.PNG

Les habitants du "GOCEANO" (voir carte) avaient peur du cortège des morts et l’on croyait que celui qui avait vu, ne serait ce que la lumière des chandelles ou entendait des psaumes serait mort lui aussi s’il ne s’était pas déplacé pour éviter d’être renversé par le cortège.

LE GOCEANO

CARTA GOCEANO.jpg

On dit aussi que beaucoup d’entre eux furent sauvés par des parents ou amis défunts qui, sortis du cortège funèbre les auraient éloignés afin de leurs éviter la mort.

En somme le retour des âmes des morts provoquait une grande peur parmi les vivants, comme si un danger planait sur la communauté des vivants.

A PRESTU . . . .

ATZARA.jpg
COSTUME TRADITIONNEL ATZARA

 

Les commentaires sont fermés.